Linha Editoriau (ÒC e FR)

Published in Jornau Read 2490 times

 Ligne éditoriale du journal NOS- Nouvelles OccitanieS.  Version Òc et Fr.

Òc

 

Instruisetz-vos

Qu'avem besonh de vòstra intelligéncia

Motivatz-vos

Qu'avem besonh de vòstre estrambòrd

Organisatz-vos

Qu'avem besonh de tota vòstra fòrça (A. Gramsci)

 

  Aquèu projecte emergís d'una soma de reflexions e de practicas qu'avem temptat de sintetisar. La sintesi de nòstrei experiéncias, l'analisi de l'epòca ente lucham, nos an fach constatar aquò : avem besonh, imperativament, d'un esplech capable de nos informar, de nos formar e de nos organisar. La tòca estent la creacion d'una unitat politica e ideologica necessària a la construccion d'un movement revolucionari poderós.

  Nòstreis experiéncias de militants politics, culturaus, associatius au servici dau pòple d'Occitània nos an portat a la necessitat de tornar pensar nòstra accion. Qu'aquò siague au nivèu politic o culturau, una èra s'acaba, una autra se dubrís, plena d'espèr.

  Aquela novèla èra vei lo retorn de la question revolucionària : se vei que non, l'istòria es pas acabada. Tot lo contrari, lo monde es animat de tressaus e de convulsions que marcon lei confinhas dau capitalisme. Desempuèi 2008, la crisi generala dau capitalisme s'es radicalament agravada e a cabussat l'umanitat dins l'incertitud, millions de femnas d'òmes, d'enfants, an estat cabussats dins la misèria e la precaritat que tòcon millions d'umans. Dins lei païses imperialistas, la crisi vèn far irrupcion dins nòstrei vidas, caumatge de masse, misèria galopanta, precarisacion, violéncia, depression, etc. Mai ente i a opression, i a resisténcia, e nòstre epòca, que que ne ditz lo monopòli mediatic, manca pas an aquèla realitat. De pertot dins lo monde, la resisténcia contra lo capitalisme s'organisa de diferents biais, prèn mantunas fòrmas. Aquélei resisténcias  son destinadas a s'unir e se tranformar en una fòrça invencible que destruirà lo capitalisme e liberarà l'umanitat.

  Parallelament, e aquò's pas anodin, la consciéncia occitana se desvelopa, a cha pauc dins lei massas, sort de son mitan bugetat per prene sa plaça dins lo grand movement de l'istòria. Quatre manifestacions de massa, aquèlei dètz darrièiras annadas, an demostrat la vigor e la mobilisacion d'un movement que pasmens a pas ges de linha politica clara. Avem tirat pauc de gasanh dins aquélei accions, es mai la prèva que l'Estat frances se pòt pas reformar. Nos cal tirar d'ensenhaments d'aquélei doas constatacions e tornar veire nòstre biais de luchar.

  Lei questions dei pòples periferics (Còrse, Breton, Catalan, Basc, Arpitan, Occitan, Alsacian, Flamenc) dins l'estat francés dessenha une prumièra linha de demarcacion dins la politica francesa. Deis anarquistas, en passants pels communistas, sociaus-democratas, centristas, fins ai faissistas, aquela question dessenha una linha de rompedura. Lei revolucionaris franceses, totas tendéncias confondudas, son sovent a malaise amb aquela question. Verai, luenh d'esser secondària o inexistenta come d'unei o volon far crèire, just es centrala pel fach que tòca a la construccion de l'Estat francés. Lo refús d'officialisar nòstrei lengas, o solament de sinhar la carta dei langas minorisadas, demostra la prefondor dau problema. Adoncas, es una linha de demarcacion que se precisara mai qu'avançara nòstra batèsta, la negar o la regitar serà doncas un sosten objectiu a l'Estat borgés. Aquela lucha fa lo rescòntre ambé la lucha dei populacions d'origina immigrada que (subre)vivon dins l'Estat francés coma de semicolonisats. Aquela presa en còmpte dei massas Afrò-Musulmanas e la pluralitat de la terra occitana nos fa adoptar la denominacion de pòple d'Occitània en plaça de pòple occitan. Aquò nos permeis de marcar l'inclusion dins nòstre projecte emancipator la problematica, ela tambèn dessenhant una seconda linha de demarcacion centrala dins l'Estat francés, d'un tròç larg dei classas populàrias d'Occitània. Pròpriament dich, l'Occitània per nautreis es pas un projecte nacionau mai un projecte emancipator revolucionari, lo nom d'una novèla societat en gestacion.

  Menar la lucha contra l'egemonia culturala e ideologica, vaquí la major batèsta de nòstra epòca. L'implicacion de la geopolitica (valent a dire la politica de l'imperialisme) dins lei mejans de comunicacion mondiaus finiguèt a redusir la linha generala dau jorn end una soleta « maquina per consentiment » : la maquina per consentiment de l'òrdre establit.

  Aquela grandassa maquina de propaganda formada per un malhum d'agéncias de pressa pretendudas « independentas » vòu impausar ai subjectes lora realitat, lora vision dau monde. Aquela « realitat » se fa referéncia unica e universale, qu'es egemonica de çò que lei mejans de comunicacion son agropats.

  Lo malhum de comunicacion de l'imperialisme, totpresent e totpoderós, crea una mena de produch distribuit per lei agéncias de pressa « independentas ». An la cresença de crear una societat purificada ambé la colonisacion mentala, que se desvolopa dins la ficcion e lo vuege culturau. L'imperialisme se pense capable d'ajustar lei facultats intelectualas dei massas et de desvolopar la capacitat d'alterar nòstra consciéncia. L'òrdre imperialista crea un monde a son imatge : informacions desnaturadas enda « Novèlas » sensa gès de sens, perpetuala depolitisacion, catastrofisme, menaças, insultas contra lei pòples, etc. La major part deis emissions TV son un flux de contunh d'apologia dau fatalisme sociau e politic, dau capitalisme (lo pièger sistèmi mai lo solet), dau racisme, de la sensualitat precòça, de l'individualisme, de la paur, dau misticisme, de l'idèia faussa de la « fin de l'istòria ». Aquélei difusions son orquestradas per temptar de contrarotlar lo comportament istoric dei massas : sa volontat de cambiar lo monde, de desirar de far la Revolucion. Entre lors mans, la realitat locala e internacionala se transforma en un solet espectacle televisuau. La populacion mondiala es redusida a quauqueis personalitats sortidas dau show-biz, de l'espòrt, d'un patron poderós, d'un cap d'Estat o d'un deputat. Lei guerras de pilhatge dei ressorças d'un païs dau « sud » se transformon en accion per la democracia coma en Líbia. Leis execucions de la polícia dins lei barris populars se transformon en bavaduras. Una practica religiosa se transforma en envasion civilisacionala. Lei lèis que destruison nòstrei aquesits sociaus son de politicas de modernisacion. Un resistent a l'òrdre establit, quin que siegue, devèn un terrorista etc. Mai que mai, lora tòca es de nos far dintrar dins lo suc que i a pus ges de classas socialas doncas pus ges d'oprimits e d'opressors, pus ges de classa obrièra e doncas pus ges de borgesiá. De gròs en gròs, i a pus ges d'antagonisme, solament d'individús que lor cau se vendre a la melhora ofèrta, espotir leis autres per aver un avenidor dins aquèu monde que pasmens es pas tant bèu. Tot aquò cèrca de destriure la conciéncia de classa qu'es la sola que pòt nos unir e transformar nòstra impoténcia individuala a cambiar lei causas, fins a un novèu poder revolucionari destruisant l'actuau.

  L'Estat francés manca pas an aquela regla, lei mèdias fan partida d'aquèu malhum d'alienacion grandàs. Fòrça agropats, detenguts per quauquei patrons, es per aquò que parlam de monopòli mediatic. Vaquí 19 personas, 11 familhas, 5 bancas et societats financièras et 3 estats (França, Allemanha, Qatar) detenon la quasi-totalitat dei mèdias : [...]

  Es clar, vesem un agropament extrèm dei mejans mediatics e economics. En aquèu cas, coma se pòt parlar de libertat de la pressa o d'objectivitat ? Coma se pòt nomar lo sistèmi politic francés « democràcia », mentre que lei mejans de diffusion son contrarotlats per quauquei mans ligadas ai capitalistas monopolistas ? Vivem dins una dictatura (de mai en mai ubèrta) capitalista, ente une extrèma minoritat orienta nòstre avenidor.

  Aquèu agropament crea una alienacion generalisada que mantèn çò que sonam l'egemonia ideologica e culturala de l'imperialisme sus lei massas. Tot es fach per que consentem ai politcas lei mai infamas, contra nòstrei interès. Aquela egemonia ideologica e culturala es escampada per totei lei canaus de que la borgesiá beneficia : escòlas, universitats, ostaus d'edicion, mèdias, etc.

  Un autre biais de pensar existís, lei idèias escampada per lei mèdias sont pas mai que lo rebat de la pensada dominanta. Nos cau demostrar qu'aquèu sistèmi inuman es pas lo solet, una autra possibilitat existís. La prumièra dei grandas batèstas sera de mostrar que jornadierament lei massas resistisson de 1001 biais fàcia a l'opression. Que lo monde son pas de fadats !

  Tot aquèu atiralh ideologic per nos ensucar solament fonctiona parcialament, se cal saber. De mai en mai de monde comprenon qu'aquèu sistemi es pas gès mai que corrupcion, messòrgas e saquajament. De la part dau pòple, i a una vertadièra demanda d'informacion, lo monde son animats per çò que A. Gramsci sonava lo « bon sen » (buon senso). Es aquèu « bon sen » que nos cau transformar en conscientisacion que ela se transformarà en matèria politica. Lo pòple nòstre, lei trabalhaires e lei classes populàrias, meriton una agéncia de pressa que defendra lors interès.

 

 

Fr

  

Instruisez-vous,

Parce que nous avons besoin de toute votre intelligence

 Motivez-vous,

 Parce que nous avons besoin de tout votre enthousiasme

Organisez-vous,

Parce que nous avons besoin de toute votre force (A.Gramsci)

 

Ce projet émerge d’une somme de réflexions, de pratiques, que nous avons tenté de synthétiser. L'association de nos expériences et l’analyse de l’époque dans laquelle nous luttons, nous ont fait arriver à ce constat : nous avons impérativement besoin d’un outil capable de nous informer, de nous former et de nous organiser. Le but étant de créer une unité politique et idéologique nécessaire à la construction d’un mouvement révolutionnaire puissant.

Nos expériences de militants politiques, culturels, associatifs au service du peuple d’Occitanie nous ont amené à la nécessité de repenser notre action. Que cela soit au niveau politique ou culturel, une ère se ferme, une nouvelle s’ouvre, pleine d’espoir.

Cette nouvelle ère voit le retour de la question révolutionnaire, non, l’histoire n’est pas finie1. Bien au contraire, le monde est animé de soubresauts, qui marquent les limites historiques du capitalisme. Depuis 2008 la crise générale du capitalisme s’est aggravée de manière radicale et a conduit l’humanité dans l’incertitude, des millions de femmes, d’hommes, d’enfants, ont été plongés dans la misère et la précarité.
Dans les pays impérialistes2 la crise vient faire irruption dans nos vies : chômage de masse, misère galopante, précarisation, violence, dépression. Mais là où il y a oppression, il y a résistance et notre époque, quoi qu’en dise le monopole médiatique, ne déroge pas à cette réalité. Partout dans le monde, la résistance au capitalisme s’organise de différente façons, elle prend des multiples formes.
Ces résistances sont destinées à s’unir et se transformer en une force, qui détruira l’impérialisme et libérera l’humanité.

En parallèle, et ce n’est pas anodin, la conscience occitane se développe, petit à petit dans les masses, elle sort de son milieu cloisonné pour prendre sa place dans le grand mouvement de l’Histoire3. Quatre manifestations d'ampleur ces dix dernières années, ont démontré la vigueur et la mobilisation d’un mouvement qui n’a pourtant pas de ligne politique claire. Le peu de gain que nous avons retiré de ces actions montrent, encore plus, que l’État français ne se réformera pas.

De ces deux constats nous devons tirer des enseignements et revoir notre façon de lutter.

   La question des peuples périphériques (Corse, Breton, Catalan, Basque, Arpitan, Occitan, Alsacien, Flamand) dans l’état français marque une première ligne de démarcation dans la politique française. Des anarchistes, en passant par les communistes, les sociaux-démocrates, les centristes, jusqu’aux fascistes cette question marque une ligne de rupture. Les révolutionnaires français, toutes tendances confondues, sont souvent très mal à l’aise avec cette question . En effet, loin d’être secondaire ou inexistante comme certains veulent le faire croire, elle est justement centrale par le fait qu’elle touche à la construction même de l’État bourgeois français. Le refus d’officialiser nos langues, ou seulement de signer la charte des langues minorisées, démontre la profondeur du problème4. Elle est donc une ligne de démarcation, ligne qui se précisera en même temps que notre combat, la nier, ou la rejeter serait donc un soutien objectif à l’État bourgeois. Cette lutte fait la jonction avec la lutte des populations d’origines immigrées qui (sur)vivent dans l’État français comme des semi-colonisées. Cette prise en compte des masses Afro-Musulmanes5 et la pluralité de la terre occitane nous fait adopter la dénomination de peuple d’Occitanie à la place de peuple occitan. Cela nous permet de marquer l’inclusion dans notre projet émancipateur de cette problématique, elle aussi marquant une seconde ligne de démarcation centrale dans l’État français, d’une large fraction des classes populaires d’Occitanie. L’Occitanie n’est donc pas à proprement parler, pour nous, un projet national mais bien un projet émancipateur révolutionnaire, le nom d’une nouvelle société en formation.

Mener la lutte contre l’hégémonie6 culturelle et idéologique voilà la bataille centrale de notre époque. L’implication de la géopolitique (c’est-à-dire de la politique de l’impérialisme) dans les moyens de communication mondiaux a fini par réduire la ligne générale du journalisme moderne à une unique « machine de consensus » : la machine du consensus de l’ordre établi.
  
L’immense machine de propagande formée par un réseau d’agences de presse dites « indépendantes » cherche à imposer au sujet leur réalité, leur vision du monde. Cette « réalité » devient l’unique référence car hégémonique tant les moyens de communication sont concentrés.

L’omniprésent et omnipotent réseau de communication de l’impérialisme crée une sorte de produit unique distribué par les agences de presses « indépendantes ». On assiste à une uniformisation des modes de pensées. La prétention est de créer une société purifiée par la colonisation mentale, qui se développe dans la fiction et le vide culturel. L’impérialisme pense être capable d’ajuster les facultés intellectuelles des masses et de développer la capacité d’altérer notre conscience. L’ordre impérialiste crée un monde à son image : informations perverties en forme de nouvelles vides de sens, dépolitisation perpétuelle  catastrophisme, menaces, insultes envers les peuples. La plupart des émissions de TV sont un flux continu d’apologie du fatalisme social et politique, du capitalisme (le pire des systèmes mais le seul), du racisme, de la sensualité précoce, de l’individualisme, de la peur, du mysticisme, de la fausse idée de fin de l’histoire. Ces diffusions sont orchestrées pour tenter de contrôler le comportement historique des masses : sa volonté de transformer le monde, de désirer la Révolution. Entre leurs mains la réalité locale et internationale se transforme en unique spectacle télévisuel. La population mondiale est réduite à quelques personnalités issues du show-biz, du sport, d’un patron puissant, d’un chef d’état ou d’un député. Les guerres de pillage des ressources des pays du « sud » se transforment en action pour la démocratie comme en Libye. Les exécutions de la police dans les quartiers populaires se transforment en bavures. Une pratique religieuse se transforme en invasion civilisationnelle. Les lois détruisant nos acquis sociaux sont des politiques de modernisations. Un quelconque résistant à l’ordre établi devient un terroriste . Plus que tout, leur but est de nous faire rentrer dans le crâne qu’il n’y a plus de classes sociales donc plus d’opprimés et d’oppresseurs, plus de classes ouvrières, donc plus de bourgeoisie. En gros il n’y a plus d’antagonisme seulement des individus qui doivent se vendre au plus offrant, écraser les autres pour se faire un avenir dans ce monde pas si beau tout de même. Tout cela vise à détruire la conscience de classe qui seule peut nous unir et transformer notre impuissance individuelle à changer les choses, vers un nouveau pouvoir révolutionnaire détruisant l’actuel..

 

L’État français ne dérogeant pas à la règle, les médias font partie de cet immense réseau d’aliénation. Hyper concentrés, détenus par quelques grands patrons, c’est pour cela que nous parlons de monopole médiatique. 19 individus, 11 familles, 5 banques et sociétés financières et 3 états (France, Allemagne, Qatar) contrôlent à peu près tous les médias français :

 

        • A ceci nous pouvons rajouter les chaînes, dites publiques (en fait étatiques), qui sont complètements intégrés à ce réseau de corruption généralisé. En effet comme nous le voyons ces capitalistes sont tous en lien avec des grandes entreprises que nous nommons monopoles7. Ces derniers sont intiment liés à l’État par le biais des commandes d’État (énergie, transport, armement etc). Ce sont de fait, ces entreprises qui dirigent la politique intérieure et extérieure de l’État, c’est pour cela que nous parlons de notre période comme celle du capitalisme monopolistique d’État. Lutter pour détruire ces monopoles est le préavis pour tout changement de société.

 

Nous voyons, concrètement, l’extrême concentration des moyens médiatiques et économique. Dans ce cas, comment peut-on parler de liberté de la presse ou même d’objectivité ? Comment peut-on nommer le système politique français « démocratie » alors que les moyens de diffusion sont contrôlés dans quelques mains toutes liés aux capitalistes monopolistes ? Nous vivons dans une dictature (de plus en plus ouverte) capitaliste, où une extrême minorité oriente notre avenir.

 Cette concentration crée une aliénation généralisée qui maintient ce que nous nommons l’hégémonie idéologique et culturelle de l'impérialisme sur les masses. Tout est fait pour que nous acceptions les politiques les plus infâmes allant contre nos propres intérêts. Cette hégémonie idéologique et culturelle est véhiculée par tous les canaux dont dispose la bourgeoisie : écoles, universités, maisons d’édition, médias etc.

 Les idées qui sont véhiculées par les médias ne sont que le reflet de la pensée dominante, il existe une autre façon de penser. Nous devons démontrer qu’il existe une autre possibilité à ce système inhumain et carnassier. La première des grandes batailles va être de montrer qu’au quotidien et malgré cela, les masses résistent à l’oppression de 1001 manières. Car les gens ne sont pas des idiots !

 Qu’on se le dise, tout l’attirail idéologique mis en branle pour nous abrutir et nous aliéner ne fonctionne que partiellement. De plus en plus de gens comprennent que tout ce système n’est que corruption, mensonge et saccage. Il y a une véritable demande d’information de la part de la population, les gens sont animés par ce qu'a nommé A.Gramsci le « bon-sens ». C’est ce « bon-sens » que nous devons transformer en conscientisation qui elle-même se transformera en matière politique. Notre peuple, les travailleurs et les classes populaires, mérite une agence de presse défendant leurs intérêts.

 

Nous avons besoin d’une PRESSE DEMOCRATIQUE !

 

C’est-à-dire une presse qui montre au quotidien que les masses ne s’arrêtent jamais de lutter. Une presse qui se fait l’amplificateur et le soutien les luttes populaires qui animent les territoires. D’une presse qui défend les droits démocratiques du peuple : Droit à un travail socialement utile, droit à un logement décent, à une santé, une éducation, des transports de qualité et gratuits etc. Qui défend les plus exploités et notamment les masses Afro-Musulmanes. Mais aussi les droits démocratiques du peuple d’Occitanie, notamment l’officialisation de l’occitan, le développement de l’éducation et de la culture. Une presse qui se fait l’écho d’un peuple en plein réveil qui mérite d’exister et de vivre.

 

D’une presse pour S’INFORMER ET SE FORMER:

 

Nous avons besoin d’une presse qui informe et combat les mensonges quotidiens du monopole médiatique impérialiste, qui lutte contre l’hégémonie idéologique et culturelle, qui lutte contre la réaction, contre la fascisation des esprits, etc. D’une presse qui va aux cœurs des questions dans un souci de compréhension des phénomènes politiques et sociaux dans leurs essences. Qui explique clairement chaque sujet dans l’optique à chaque fois d’élever le niveau de conscience et le niveau culturel du peuple. Tout cela pour atteindre collectivement un niveau de compréhension des phénomènes, et acquérir une conception juste du monde.

 

 

 

 

                                                                                       --------------------------------

 

 

1 Francis Fukuyama a théorisé qu’avec la chute de l’URSS le capitalisme avait définitivement triomphé, que l’Histoire (dans le sens d’un mouvement lié à la lutte des classes) était donc fini. Il est revenu sur ses propos notamment depuis la crise de 2008…

 

2 Le monde se divise en deux catégories : les pays impérialistes (USA, UE, Japon, la Chine et la Russie) et les pays semi-colonisés, c’est-à-dire indépendants en théorie mais pas dans les faits, le tiers-monde. Aujourd’hui la puissance hyper-hégémonique demeure les USA.

 

3 Un exemple récent des plus marquants, est par exemple les sondages pour la nouvelle région (Midi-Pyrénéen-Languedoc-Roussillon) où le nom Occitanie est arrivé largement en tête.

 

4 Un exemple des plus frappants est le déchaînement généralisé face au 7 minutes en langue corse lors de l’intronisation du président de l’assemblée de la collectivité territoriale de corse le 17/12/15.

 

5 Par Afro-Musulman, nous entendons la chose dans un sens socioculturel et non exclusivement religieux (bien que la religion fait partie de la culture). C’est un fait, une partie du prolétariat métropolitain (les gens des cités comme les médias les appellent) est d’origine africaine, et pour une bonne partie musulmane. L’Islam représente un ciment culturel identitaire comme le judaïsme chez les juifs, bien au-delà de la religion.

 

6 L’hégémonie est une domination sans partage. Dans notre cas cela signifie que la classe dominante, la bourgeoisie capitaliste, impose son modèle de pensée et sa vision du monde à toute la population.

 

7 Car détenant la totalité ou la quasi-totalité d’un secteur de l’industrie ou des banques.