Lançament de l'Organisacion Democratica del Pòple Occitan (Òc, Fr, Eng)

mercredi, 02 mai 2018 17:16 Published in Occitània Read 1765 times

Une nouvelle organisation révolutionnaire a vu le jour en Occitanie : l'Organisacion Democratica del Pòple Occitan.


L'Organisacion Democratica del Pòble Occitan est née ce 01 mai 2018, nous relayons le communiqué de lancement :

Version FR, ÒC, ENG

 

L’Occitània n’est pas une invention de l’occitanisme, ni de quelques intellectuels en manque d’occupation. C’est un produit de l’histoire. La communauté ethnique occitane a une existence objective qui doit être détachée de la désignation d’« Occitanie ».

-A.Sibé, « Occitanisme politic, rompaduras », p.21

 

La conquête de l’Occitanie centrale lors de la croisade de 1209 est notre grande catastrophe nationale mais a marqué la première affirmation proto-nationale occitane. Elle a marqué le début de la fin de notre indépendance politique. Cette conquête sanglante a été le début de notre soumission politique, économique, culturelle, mentale à l’État français. Elle a permis son apparition en tant qu’État moderne. Elle nous a empêché, à nous occitans, de nous développer librement. Elle a bloqué notre construction et notre épanouissement en tant que nation. Pire, elle a engendré un profond retard économique et social qui se poursuit jusqu’à aujourd’hui. Malgré cela, le peuple occitan n’a jamais cessé de lutter et de se défendre avec héroïsme. De la lutte armée contre l’invasion française aux luttes anti-centralistes, en passant par les révoltes hérétiques, les jacqueries jusqu’au maquis du limousin, au renouveau littéraire, à la création des Calandretas, le cœur de notre peuple est rebelle et insoumis, et il bat toujours !

La conquête de l’Occitanie n’est pas seulement un fait historique, mais a de nombreuses répercussions au quotidien dans nos vies.

Les occitans ne sont pas une minorité nationale mais une nation sans état.

Il y a bien une nation occitane. Les occitans ont tout les traits d’une nation, c’est-à-dire d’une communauté humaine stable, historiquement constituée, née sur la base d’une communauté de langue, de territoire, de vie économique et de formation psychique qui se traduit dans une communauté de culture. La nation occitane s’est enrichie des apports extérieurs au fil des siècles et cela continue de nos jours. Malgré notre dénationalisation (il y a encore 100 ans tout le peuple parlait occitan) ses traits nationaux existent toujours : la langue continue d’exister et de vivre, la culture occitane est vivante à travers la musique, la danse, la littérature, la cuisine, le sport etc, les patronymes et la toponymie attestent de notre territoire ancien, notre démographie, nos pratiques matrimoniales attestent d’une psyché collective (faible taux de natalité, familles pluri-nucléaire), des traits socio-économiques sont communs à toute l’Occitanie (désindustrialisation et donc faible classe ouvrière, surreprésentation des petits et moyens paysans, des professions intermédiaires et libérales, fort taux de pauvreté, vieillissement de la population etc).

Le peuple occitan est constitué d’hommes et de femmes nés ici ou venus d’ailleurs. Il est constitué des classes populaires et exploitées, d’ouvriers, d’employés, de petits et moyens paysans, d’étudiants, d’artisans, aussi d’intellectuels, de professions libérales, et de quelques éléments de la bourgeoisie. De par notre position géographique et notre soumission à un état impérialiste notre peuple est multi-ethnique. Les minorités nationales issues des ex-territoires coloniaux français ou de l’immigration ibérique forment avec le peuple occitan une communauté d’intérêts objectifs : celui de la fin du système politique et idéologique nommé France.

La désindustrialisation et le sous-développement, la métropolisation et l’héliotropisme font de l’Occitanie une terre où les masses populaires vivent de plus en plus mal. La crise mondiale du système impérialiste avec l’explosion du chômage, la destruction des services publics, la dislocation des liens sociaux rendent encore plus terribles l’augmentation des inégalités sociales, la pauvreté, la misère sociale et culturelle. La pression démographique nord/sud en hexagone, le phénomène de métropolisation directement lié à l’impérialisme aggrave la crise générale. La société occitane est en cours de dislocation, le système capitaliste encourage les instincts les plus vils. Notre terre est devenue la maison de retraite et la zone de bronzage de l’Europe. Nous ne voulons pas de ça, nous voulons la dignité et donc le pouvoir pour les classes travailleuses. Cela passe par l’industrialisation et le contrôle populaire de nos richesses. Les contours géographiques de l’Occitanie sont aussi celui des classes exploitées ; ils seront ceux de leur libération.

Nos bases théoriques se trouvent dans le marxisme, le matérialisme et l’histoire du mouvement ouvrier et révolutionnaire.

Nous nous plaçons dans le mouvement révolutionnaire de libération nationale et sociale du peuple. Notre militance va passer par la mobilisation des masses pour faire croître la conscience nationale et sociale sur le terrain de lutte pour le pouvoir révolutionnaire : le socialisme.

Notre organisation revendique quatre objectifs avec la ferme intention de les réaliser :

INDEPENDANCE, SOCIALISME, REUNIFICATION ET REOCCITANISATION

INDEPENDANCE 

L’indépendance n’est pas un but mais un moyen. Nous nous plaçons dans l’optique de dépasser qualitativement l’occitanisme issu de la seconde guerre mondiale. Cet occitanisme qui a accepté l’idéologie dominante de la bourgeoisie française comme sienne, c’est-à-dire le mensonge quotidiennement répété de l’État-nation France… Cet occitanisme qui s’est mis à la remorque de la gauche française nationaliste et chauvine. Cette soumission nous a mené où nous en sommes, à l’inexistence d’un mouvement occitaniste politique fort et donc à un occitanisme culturel en pleine crise. En crise, car dépendant de la gauche social-démocrate ou du révisionnisme lui-même moribond. Cette gauche (qui va jusqu’à l’extrême gauche) n’a jamais réussi à faire de rupture avec l’idéologie dominante. Aucun mouvement ne parle du droit à l’indépendance des nombreuses nations dominées de l’État français , ou sinon de manière sélective.

Face à cela nous devons assumer et porter un projet de rupture qui ne peut passer que par l’affirmation de la souveraineté nationale. Cette rupture idéologique centrale est une nécessité face au terrorisme intellectuel qui veut faire de nous des nationalistes de domination. Seul un État indépendant de la France impérialiste pourra assurer notre libre développement. Cet État nous le voyons comme le défenseur de la souveraineté populaire et nationale. Nous le voyons comme l’instrument au service de la classe ouvrière et des classes dominées, au service du socialisme et de la renationalisation de l’Occitanie.

Nous défendrons la légitimité historique et politique d’un état national.

SOCIALISME

L’État indépendant ne peut avoir comme base que le système socialiste. Le socialisme est la socialisation (la mise en commun) de tous les outils de production. C’est le moment où le peuple se saisit des biens de la bourgeoisie impérialiste et commence à détruire le système capitaliste. C’est dans cette période que le peuple saisit les grands médias, les banques, les grandes surfaces, les entreprises monopolistiques, etc. Nous mettons en place une économie faîte pour les besoins du peuple, nous supprimons le salariat, nous développons le plus possible le système de troc planifié. C’est une réorganisation totale de la société sur de nouvelles bases. C’est donc aussi une révolution culturelle : notre façon de penser, notre vision de la vie évolue lors de cet immense moment de bouleversement.

L’État socialiste et la mobilisation populaire révolutionnaire va nous donner les moyens de vaincre le patriarcat et de mener une véritable politique féministe. De même, nous allons par la planification assurer le contrôle de nos ressources et de notre biosphère, seule condition pour régler la crise écologique.

REUNIFICATION ET UNITÉ

Nous luttons pour la réunification des occitans des états français, espagnols, italiens dans le même territoire. Pour cela nos frères et sœurs du val d’Aran et des Valadas peuvent créer et organiser notre organisation sur leur territoire.

Nous luttons pour l’unité de l’Occitanie dans sa pluralité. Contrairement aux sécessionnistes linguistiques (dont la résurgence passagère est due à la crise actuelle de l’occitanisme), les occitanistes sont les vrais défenseurs des gascons, provençaux, limousins, auvergnats, languedociens. La division est toujours l’apanage de ceux qui nous dominent pour mieux nous asservir. C’est la Conquête qui a empêcher l’unification nationale et créé la division en province/région française. Nous luttons aussi contre la concentration autour de l’axe Toulouse-Montpellier que certains occitanistes voudraient imposer au mouvement. Nous devons comme partout soutenir le centralisme démocratique. Il faut un mouvement uni émergeant de la base et non concentré.

REOCCITANISATION

La domination de l’Occitanie commencée avec notre conquête il y a environ 800 ans continue au quotidien avec la politique de l’État impérialiste français. Notre lutte se situe contre la politique objective de déracinement, de domination, d’assimilation que les états conquérants (français, espagnol, italien) ont planifiée, contre l’ethnocide de la communauté occitanophone. Contre la substitution et la disparition systématique de l’occitan nous militons pour la ré-occitanisation de l’Occitanie entière pour que notre peuple soit à nouveau libre et conscient.

Programme minimum pour une république populaire occitane.

  1. Mise en place d’un état indépendant : la république populaire occitane, un état fédéral et socialiste sous la forme d’une démocratie populaire. À tous les niveaux (central, régional, communal, de zone, d’unité productive, d’entreprise, d’école, d’institution, etc.) tout le pouvoir (législatif, exécutif, judiciaire, économique, militaire, de police, culturel, d’instruction, etc.) appartient à une unique Amassada (assemblée) composé de Jurats (délégués) élus et révocables à tout moment et sans exception par leurs électeurs. Chaque Amassada nommera et révoquera ses organes de travail.

  1. Démantèlement des monopoles impérialistes (Dassault, Carrefour, Renault, Danone, Total, Areva, etc). Réorganisation de la production dans l’idée de fournir un travail à toutes et tous. Industrialisation de l’Occitanie pour subvenir à nos besoins matériels, dans le sens de produire ce qu’on a besoin. Planification nationale de l’utilisation des ressources, de l’entretien et de la création des ressources naturelles, de la production de chaque unité productive, de la répartition des produits et des échanges avec les autres pays.

  1. Collectivisation de la grande propriété foncière agricole, saisie et répartition des logements vacants, secondaires et de ceux de la bourgeoisie. Garantie pour chaque foyer d’avoir un logement, baisse forte et plafonnement des loyers par rapport au salaire. Annulation des dettes des classes populaires, des petits et moyens paysans.

  1. Ré-orientation de l’agriculture vers une production de proximité et saine. Développement d’une vie sociale et de la production en harmonie avec la biosphère. Régulation et réduction de la production de viande, développement de l’élevage extensif et réduction de l’élevage intensif. Reconsidération de la place des animaux et augmentation de leurs droits. Interdiction de la fracturation hydraulique ou autre technique portant atteinte à la santé de l’humain et à l’intégrité sur le long terme de son environnement. Gestion durable de l’usage de l’eau potable ; arrêt de son usage dans les opérations industrielles.

  2. Mise en place du processus de dé-métropolisation, visant sur le long terme à mettre fin à la division ville/campagne. Développement des transports pour avoir un réseau équilibré entre ville et campagne. Développement des zones rurales (niveau économique, social, culturel).

  1. Démantèlement de l’armée, de la police et de la justice. Remplacement de ces instruments par des organismes populaires contrôlés par les assemblées. Rupture avec toutes les instances supranationales (OTAN, UE, ONU, FMI, etc.)

  1. Développement des services publics : transports, santé, éducation, culture… Gratuité des services publics. Mobilisation pour élever le niveau culturel des masses. Mobilisation des masses afin de les former politiquement à la gestion et à la défense de la république.

  1. Re-nationalisation de l’Occitània. Politique de mobilisation des masses autour de la langue et de la culture occitane. Obligation d’apprendre l’occitan à l’école. Encouragement à la création en occitan. Re-nationalisation des patronymes, des noms de villes et de lieux. Officialisation des langues des peuples sans état (langues Roms, tamazirth…) et du poitevin saintongeais. Autonomie politique culturelle en faveur des minorités nationales (issues des ex colonies françaises, portugaise, juive etc)

  1. Lutte contre le patriarcat. Congé rémunéré pour maternité, paternité et soin des enfants. Lutte contre les violences faîtes aux femmes ( obstétricales, sexuelles etc.). Mobilisation pour l’éducation anti sexiste des hommes et des femmes. Protection et droits accrus pour les enfants. Lutte contre l’homophobie et la transphobie, respect et affirmation des droits LGBT.

  1. Démantèlement du nucléaire. Politique pour baisser notre consommation d’énergie. Priorisation de la recherche de nouvelles technologies liées a la production et aux économies d’énergies. Déconcentration de la production d’énergie via le développement de sources renouvelables localisées et adaptées à l’endroit, comme le micro-hydroélectrique ou la géothermie.

  1. Politique internationaliste active en soutien aux luttes révolutionnaires et anti-impérialistes dans le monde.


    Plus d'informations sur www.odpo.org

OC  -> 

L’Occitània n’est pas une invention de l’occitanisme, ni de quelques intellectuels en manque d’occupation. C’est un produit de l’histoire. La communauté ethnique occitane a une existence objective qui doit être détachée de la désignation d’« Occitanie ».

-A.Sibé, « Occitanisme politic, rompaduras », p.21

La conquista de l’Occitania centrau au parat de la crotzada de 1209 qu’ei la nosta gran catastròfa nacionau mes que marquè la purmèra affirmacion proto-nationau occitana. Que marquè lo debut de la fin de la nosta independéncia politica. Aquera conquista sangnosa qu’estó lo debut de la nosta sosmetuda politica, economica, culturau, mentau a l’Estat francés. Que permetó la soa apparicion come Estat modèrne. Que’ns hasó empach, a nosauts occitans e occitanas, au noste desvolopament libre. Que bloquè la nosta construccion e la nosta espelida com nacion. Pire, que creè un retard economic e sociau pregond qui’s persegueish uei lo dia. A maugrat d’aquò, lo pòple occitan ne s’ei pas jamei estancat de lutar e de defenè’s dab eroïsme. De la luta armada contre l’invasion francesa dinc a las lutas anti-centralistas, en passant per las susmautas ereticas, las jacmerias dinc au maquis deu Lemosin, a la renaishença literària, a la creaccion de las Calandretas, lo còr deu noste pòple qu’ei rebèlle e insosmetut, e be bat tostemps !

La conquista de l’Occitania n’ei pas shens que un hèit istoric, mes qu’a numerosas repercussions tot dia en la nosta vita.

Los occitans ne son pas une minoritat nationau mes ua nacion shens estat.

Que i a ua nacion occitana. Los occitans qu’an tots los trèits d’ua nacion, qu’ei a diser d’ua comunautat umana establa, istoricament constituida, vaduda sus la basa d’ua comunautat de langue, de territoire, de vie économique et de formation psychique qui se traduit dans une communautat de cultura. La nacion occitana que s’ei enriquesida deus appòrts exteriors au briu deus ans e açò que contunha uei. A maugrat de la denacionalizacion (100 ans a tot lo pòple parlava occitan) los trèits nacionaus qu’existeishen enqüèra : la lenga que contunha d’existir e de viver, la cultura occitana qu’ei viu a truvers la musica, la dança, la literatura, la cosina, l’ esport etc. Los patronimes e la toponimia que muishan l’ancienetat deu noste territòria, la demografia, las practicas matrimoniaus qu’atestan d’ua psique colectiva (fèble taus de vaduda, familhas pluri-nucleàrias), trèits socio-economics que son comuns a tota l’Occitania (desindustrializacion e donc fèbla classa obrèra, suberrepresentacion de lapetita e mejana paisaneria, de las professions intermediàrias et liberaus, un hòrt taus de praubèr, envielhidade la populacion, etc).

Lo pòple occitan qu’ei constituit de hemnas e d’òmis vaduts açi o vienuts d’aulhors. Qu’ei composat de classas popularas e espleitadas, d’obrèrs, d’emplegats, de petits e mejans paisans, d’estudiants, d’artesans, d’intelectuaus tanben, professions liberaus, e de quauques elements de la borguesia. Pr’amor de la nosta posicion geografica e de la sosmetuda a un Estat imperialiste, lo pòple qu’ei multi-ethnic. Las minoritats nationaus vadudas de las ex-colonias francesas o de l’immigracion iberica que fòrman dab lo pòple occitan ua comunautat d’interés objectius : la de la fin deu sistèmi politic e ideologic aperat « França ».

La desindustrializacion e lo maudesvolopament, la metropolizacion e l’eliotropisme que hèn de l’Occitania ua tèrra on las massas popularas que viven mei anar mei mau. La crisi mondiau deu sistemi imperialiste dab l’explosion deu caumatge, la destruccion deus servicis publics, la dislocacion deus ligams sociaus que hèn tarriblas l’augmentacion de las inegalitats sociaus, lo praubèr, la misèra sociau e culturau. La pression demografica nòrd/sud en exagòne, lo fenomène de metropolisacion directament ligada a l’imperialisme qu’agrava la crisi generau. La societat occitana qu’ei en cors de dislocacion, lo sistèmi capitaliste qu’encoratge los instincts deus mespresius. La nosta tèrra qu’ei vaduda la maison de retirada e la zòna de bronzatge de l’Euròpa. Ne volem pas d’aquò, que volem la dignitat e donc lo poder entà las classas tribalhairas. Aquò que passa per l’industrializacion e lo contre-ròtle popular de las nostas riquessas. Los contorns geografics de l’Occitania que son tanben los de las classas espleitadas ; que seràn los de la loa liberacion.

Las nostas basas teoricas que’s tròban en lo marxisme, le matérialisme et l’histoire du mouvement ouvrier et révolutionnaire.

Que’ns plaçam en lo moviment revolucionari de liberacion nacionau e sociau deu pòple. La nosta militança que va passar per la mobilisacion de las massas entà har créisher la consciença nacionau e sociau suu terrenh de luta entau poder revolucionari : lo socialisme.

La nosta organizacion que revendica quate objectius dab l’intencion de realizar-las.

INDEPENDENCIA, SOCIALISME, REUNIFICACION E REOCCITANIZACION

INDEPENDENCIA 

L’independéncia n’ei pas un but mes un mejan. Que volem despassar qualitativement l’occitanisme gesit après la dusau guèrra mondiau. Aqueth occitanisme qui a acceptat l’ideologia dominanta de la borguesia francesa, qu’ei a díser la mensonja de tot dia repetada de l’Estat-nacion France… Aqueth occitanisme qui s’ei hicat a la remòrca de l’esquèrra francesa nationalista e patriotèra. Aquera sosmetuda que ns’a miats on n’èm, a l’inexistença d’un moviment occitaniste poilticament hòrt e donc a un occitanisme culturau en crisi.. En crisi, pr’amor qu’ei dependent de l’esquèrra socio-democrata o deu revisionisme. Aquera esquèrra (qui va dinc a l’esquèrra estrema) ne s’i escad pas jamei a har rompedurasdab l’ideologia dominanta. Nat moviment parla deu dret à l’independença de las numerosas nombreuses nacions dominadas de l’Estat frances , o lavetz de manera selectiva.

Cap ad açò que debem assumir e portar un projècte de rompeduras qui ne pòt pas passar que per l’afirmacion de la sobiranitat nacionau. Aquera rompedura ideologica centrau qu’ei

ua necessitat cap au terrorisme intelectuau qui vòu har de nos nacionalistes de dominacion.. Sol un Estat independent de la França imperialista que’ns poderà assurar d’un desvolopament libre.. Aqueth Estat que’u com lo defensor de la sobiranitat populara e nacionau. Que’u vedem com l’instrument au servici de la classa obrèra e de las classas dominanadas, au servici deu socialisme e de l’arrenacionalizacion de l’Occitania.

Que defeneram la legitimitat istorica e politica d’un estat nacionau.

SOCIALISME

L’Estat independent que dèu aver com basa lo sistèmi socialiste. Lo socialisme qu’ei la socializacion (la mesa en comun) de tots los utís de produccion. Qu’ei lo moment on lo pòple e gaha los bens de la borguesia imperialista e comença a destrusir lo sistèmi capitaliste. Qu’ei en aqueth periòde que lo pòple e gaha los grans mediàs, las bancas, las grans susfàcias, las enterpresas monopolisticas, etc. Que hicam en plaça ua economia hèita e taus besonhs deu pòple ; que suprimim lo salariat, que desvolopam lo mei possible lo sistèmi de tròc adiat. Qu’ei ua reorganizacion totau de la societatsus navèras basas. Qu’ei donc tanben ua revolucion culturau : la nosta faiçon de pensar, la nosta vision de la vita qu’evolua au parat d’aqueth imense moment de cambiament.

L’Estat socialiste e la mobilisacion populara revolucionària que’ns va balhar los mejans de vincer lo patriarcat e de miar ua vertadera politica feminista. Per la planification que vam tanben assegurar lo coontra-ròtle de las ressorgas e de la bioesfèra, unica condicion entà reglar la crisi ecologia.

REUNIFICACION E UNITAT

Que lutam per la reunificacion deus occitans deus Estats francés, espanhòue italian en lo medish territòri.Entad açò los hrairs e sòrs de la Val d’Aran e de las Valadas que pòden crear e desvolopar l’organizacion suu noste territòri.

Que lutam entà l’unitat de l’Occitania en sa pluralitat. Au contre deus secessionistes linguistics (qui tornan en pr’amor de la crisi de l’occitanisme), los occitanistes que son los vertadèrs defensors deus gascons, provençaus, lemosins, auvernhats e lengadocians. La division qu’ei tostemps l’apanatge deus qui’ns dominan. Qu’ei la Conquèsta qui a hèit empach a l’unificacion nationau e crear la division en provincia/region francesa. Que lutam tanben contra la concentracion a l’entorn de l’axe Tolosa-Montpelhier que daubuns e volerén impausar au moviment occitaniste. Que debem sostiéner lo centralisme democratic. Que cau un moviment unit e non concentrat.

REOCCITANIZACION

La dominacion de l’Occitania commençada dab la conquèsta 800 ans a, que contunha dia per dia dab la politica de l’Estat imperialiste francés. La nosta luta qu’ei contre la politica objectiva de desrasigament, de dominacion, d’assimilacion que los Estats (français, espagnol, italien) an planificat, contre l’etnocide de la comunautat occitanofòna. Contre la substitucion e la disparicion sistematica de l’occitan que lutam per la ré-occitanizacion de l’Occitania sancèra entà que lo noste pòple sia libre e conscient.

Programa minimom per una republica populara occitana

 

  1. Mesa en plaça d'un estat independent : la republica populara occitana, un estat federau e socialista sota la forma d'una democracia populara. A totei lei nivèus (centrau, regionau, comunau, de zona, d'unitat productiva, d'entrepresa, d'escòla, d'institucion, etc.), tot lo poder (legislatiu, executiu, judiciari, economic, militari, de polícia, culturau, d'instruccion, etc.) apartén an una sonque Amassada, composada de Jurats, elegits e revocables a tot moment, sensa ges d'excepcion per lors electors. Cada Amassada nomenarà e levarà seis organs de trabalh.

 

  1. Desmantelament dei monopòlis imperialistas (Dassault, Carrefour, Renault, Danone, Total, Areva, etc). Reorganisacion de la produccion ambé l'idèia de procurar un emplèc a totei. Industrialisacion de l'Occitània per subvenir ai nòstrei besonhs materiaus, ambé lo sens de produsir çò qu'avem besonh. Planificacion nacionala de l'utilisacion dei ressorças, de l'entretenança e de la creacion dei ressorças naturalas, de la produccion de cada unitat productiva, de la reparticion dei produchs e deis escambis ambé leis autrei païses.

 

  1. Colectivisacion de la granda proprietat agricòla, sasida e reparticion dei lotgaments vacants, secondaris e d'aquélei de la borgesiá. Garantida per cada fogau d'aver un lotgament, fòrta baissa e limitacion segon lei salaris dei rendas. Cancelacion dau deute dei classas popularas e de la païsanariá.

 

  1. Re-orientacion de l'agricultura cap an una produccion sana, de proximitat. Desvolopament d'una vida sociala e de la produccion en armonia ambé la biosfèra. Regulacion e reduccion de la produccion de carn, desvolopament dau norrigatge extensiu, reduccion dau norrigatge intensiu. Reconsideracion de la plaça dei bèstias dins la societat, aumentacion de lors drechs. Interdiccion de la fracturacion idraulica o tota autra tecnica que poiriá prejudiciar la santat de l'uman e l'integritat de son environament a tèrme long. Gestion duradissa de l'aiga passabla ; aplant de son usança dins lei operacions industrialas.

 

  1. Mesa en plaça dau procès de desmetropolisacion, amirant a tèrme long d'acabar la division entre ciutat e campanha. Desvolopament dei transpòrts per aver un malhum equilibrat entre ciutat e campanha. Desvolopament dei zònas ruralas (nivèu economic, sociau, culturau, etc)

 

  1. Desmantelament de l'armada, la polícia, la justícia. Remplaçament d'aquélei aparelhs ambé d'organismas populars contrarollats per leis Amassadas. Rompedura ambé totei lei instàncias supra-nacionalas (OTAN, UE, ONU, FMI, etc.)

 

  1. Desvolopament dei servicis publics : transpòrt, santat, educacion, cultura... Gratuitament dei servicis publics. Mobilisacion per auçar lo nivèu culturau dei massas. Mobilisacion dei massas per lei formar politicament a la gestion e a la defensa de la republica.

 

  1. Re-nacionalisacion de l'Occitània. Politica de mobilisacion dei massas a l'entorn de la lenga e la cultura occitana. Obligacion d'apréner l'occitan a l'escòla. Encoratjament per la creacion en occitan. Re-nacionalisacion dei noms d'ostau, dei noms de ciutats e de luòcs. Officialisacion dei lengas dei pòples sens estat (lengas Roms, tamazirth...) e dau parlange (peitavin-santongés). Autonomia politica e culturala en favor dei minoritats nacionalas (eissudas deis ancianas colonias francesas ; portugesas, josieus, etc.)

 

  1. Lucha contra lo patriarcat. Congiet remunerat per maternitat, paternitat e abaliment deis mainatges. Lucha contra lei violéncias fachas ai femnas (obsetricalas, sexualas, etc). Mobilisacion per l'educacion anti-sexista deis òmes e dei femnas. Proteccion e drechs crescuts per leis mainatges. Lucha contre l'omofòbia e la transfòbia, respècte e afortiment dei drechs LGBT.

 

  1. Desmantelament dau nucleari. Politica per baissar nòstra consumacion d'energia. Prioritat per la recèrca de tecnologias ligadas a la produccion e ais economias d'energia. Deconcentracion de la produccion d'energia ambé lo desvolopament de fònts renovelablas localisadas e adaptadas au luòc, coma lo micrò-idroelectric o la geotermia.

 

  1. Politica internacionalista activa en sosten ai luchas revolucionàrias e anti-imperialistas de per lo monde.

ENG -> 

Occitania isn’t an invention of Occitanism or of a few idle intellectuals. It’s a product of history. The Occitan ethnical community has an objective existence that has to be be disconnected from the name of « Occitania ».

-A.Sibé, « Occitanisme politic, rompaduras », p.21

The conquest of central Occitania during the 1209 crusade was our great national catastrophe, but marked the first Occitan proto-national affirmation. It marked the beginning of the end for our political independence. This bloody conquest was the beginning of our political, economical, cultural, mental submission to the French state. It allowed its emergence as a modern state. It blocked us, the Occitans, from freely developing ourselves. It blocked our construction and our blossoming as a nation. Even worse, it led to a deep social and economical backwardness that is still going on today. In spite of that, the Occitan people never stopped to struggle and to defend themselves with heroism. From the armed struggle against the French invasion to the anti-centralist struggles, the heretic revolts, the Jacqueries, the maquis of the Limousin, the litterary renewal, the creation of the Calandretas, the heart of our people is unruly and rebellious, and it is still beating !

The conquest of Occitania isn’t only a historical fact, it also has many consequences on our everyday lives.

The Occitans are not a national minority but a stateless nation.

Indeed, there is an Occitan nation. The Occitans have all the characteristics of a nation, namely a historically evolved, stable community of language, territory, economic life, and psychological makeup manifested in a community of culture. The Occitan nation enriched itself from external inputs in past centuries and this process continues nowadays. Despite our denationalisation (barely a century ago, the entirety of the people spoke occitan), its national traits still exist : the language continues to exist and live, the Occitan culture is alive through music, dances, litterature, cuisine, sports, etc ; surnames and place names show our ancient territory, our demography, our marital practices show our collective psyche (low birthrates, pluri-nuclear family), socio-economical traits are common to the entirety of Occitania (under-industrialisation and therefore a small working class, overrepresentation of small and medium scale peasantry, of intermediate and independent professionals, high poverty rate, ageing population, etc).

The Occitan people is made of men and women born here or coming from the outside. It is made of working and exploited classes, of workers, clerks, small and medium scale peasants, students, artisans, also intellectuals, independent professionals, and a few elements of the bourgeoisie. Due to our geographical position and our submission to an imperialist state, our people is pluri-ethnical. National minorities that immigrated from the former French colonies or from the Iberian peninsula form with the Occitan people a community of objective interests : the end of the political and ideological system called « France ».

Desindustrialisation and under-development, metropolization and heliotropism make Occitania a land where the life the popular masses is becoming increasingly uneasy. The global crisis of the imperialist system, the bursting unemployment rate, the destruction of public services, the unravelling of family ties make the rise of inequality, poverty, social and cultural misery even more terrible. The North/South demographical pressure in the French « Hexagone », the phenomenon of metropolisation, directly tied to imperialism, worsen the general crisis. The Occitan society is being dislocated, the capitalist system ecourages the most vile instincts. Our land is becoming the retirement house and the tanning area of Europe. We do not want this, we want dignity and therefore the power for the working classes. This goes through industrialization and popular control of our wealth. The geographical borders of Occitania are also those of the exploited masses ; they will be those of their liberation.

Our theoretical bases are found in Marxism, materialism and the history of the revolutionary working class movement.

We place ourselves in the revolutionary social and national liberation movement of the people. Our activism will go through the mobilization of the masses in order to grow the national and social consciousness in the struggle for revolutionary power : socialism.

Our organisation claims four objectives, with the full intension to realize them.

INDEPENDENCE, SOCIALISM, REUNIFICATION AND REOCCITANISATION

INDEPENDENCE

Independence is not an end but a mean. We see ourselves from the perspective of qualitatively surpass the Occitanism that exists since World War Two. This Occitanism accepted the dominant ideology of the French bourgeoisie as its own, that is the daily repeated lie of the French Nation-State… This Occitanism did put itself at the tail of the French nationalist and chauvinistic left. This submission led us to where we are : the inexistence of a strong political occitanist movement, and a crisis-ridden cultural occitanism as a consequence. Crisis-ridden, because it depends on the social-democrat left or the (also) moribund revisionism. This left (which goes up to the far-left) never managed to break with the dominant ideology. No movement speaks about the right to self-determination of the many nations dominated by the French state, or only in a selective way.

In face of this, we must undertake and carry a project of preaking that can only go through the affirmation of national sovereignty. This central ideological break is a necessity in face of the intellectual terrorism that paints us a domination nationalists. Only a state independent from imperialist France will be able to ensure our free development. We see this state as a defender of the popular and national sovereignty. We see it as the tool serving the working and dominated classes, serving socialism and the renationalisation of Occitania.

We shall defend the historical and political legitimacy of a national state

SOCIALISM

The independent state can have only the Socialist system as a base. Socialism is the socialisation (putting in common) of all the means of production. It’s the moment when the people seize the property of the imperialist bourgeoisie and starts to destroy the capitalist system. It’s during this period that the people seizes the mass media, the banks, the department stores, the monopolistic corporations, etc. We set up an economy built for the needs of the people, we abolish wage labour, we develop as much as possible the system of planned barter. This is a total reorganisation of society on new bases. This is also a cultural revolution : our way of thinking, our vision of life evolves during this massive upheaval event.

The socialist state and revolutionary popular mobilisation will give us the means to defeat the patriarchy and will allow us to lead true feminist policies. Also, we will through planning ensure the control of our ressources and out biosphere, the only condition to manage the ecological crisis.

REUNIFICATION AND UNITY

We fight for the reunification of the Occitan people in the French, Spanish and Italian states in the same territory. For this purpose, our brothers and sisters in the Val d’Aran and the Valadas can create and organise our organisation on their territory.

We fight for the unity of Occitania in its plurality. Contrary to the linguistic secessionists (whose temporary resurgence is an effect of the actual crisis of Occitanism), the Occitanists are the true defenders of the Gascons, Provençals, Limousins, Auvergnats, Languedocians, etc. Division is always the prerogative of those who seek to dominate us, to increase their rule over us. It’s the Conquest that stopped the national unification and created the French provincial/regional division. We also fight against the concentration around the Toulouse-Montpellier axis that some Occitanists want to impose to the movement. Like everywhere else, we must strive to support democratic centralism : we need a movement that comes from its basis and that is not concentrated.

REOCCITANISATION

The domination of Occitania that started with out conquest 800 years ago continues everydays with the policies of the French imperialist state. Our struggle is against the objective policies of uprooting, domination and assimilation that the conquering states (French, Spanish, Italian) planned, against the ethnocide of the Occitan speaking community. Against the substitution and the systematic disappearance of the Occitan language, we push for the re-occitanisation of the entirety of Occitania so our people can be again free and conscient.

Minimum programme for an Occitan People’s Republic

  1. Setting up an independent state : the Occitan People’s Republic, a federal and socialist state under the form of a people’s democracy. At all levels (central, regional, communal, of zone, of productive unit, of enterprise, school, institution, etc), all the power (legislative, executive, judiciary, economic, military, of police, cultural, of education, etc) belongs to a single Amassada (assembly) made of Jurats (delegates) elected and revocable at any moment and without exception by their electors. Every Amassada will draft and dismiss its working bodies.
  1. Dismantling of all imperialist monopolies (Dassault, Carrefour, Renault, Danone, Total, Areva, etc). Reorganisation of the production with in mind the goal to provide a job to everyone. Industrialisation of Occitania in order to provide for all our material needs, in the sense of producting what we need. National plan on the use of ressources, on the maintenance and the creation of natural ressources, on the production of every productive unit, on the repartition of products and exchanges with other countries
  1. Collectivisation of the large agricultural and land property, seizing and repartition of empty and secoudary housings aswell as those of the bourgeoisie. Guarantee for every home to have housing, strong reduction and cap of rent based on wages. Cancellation of the debts of working classes, small and medium scale peasants.
  1. Re-orientation of agriculture towards a proximity healthy production. Developing of a social life and a production in harmony with out biosphere. Regulation and reduction of meat production, development of extensive breeding and reduction of intensive breeding. Reconsideration of the place of animal beings, increase of their rights. Ban of hydro-fracking or any other technology that would harm human health and the long term integrity of its environment. Durable management of clear water ; ban of its use for industrial operations.
  1. Setting up a process of de-metropolisation, with the long term goal of ending the division between countryside and town. Development of transportation in order to have an equilibrated network between countryside and town. Development of rural areas (on the economic, social, cultural levels)
  1. Dismantling of the army, the police and the justice. Replacement of these tools with popular organisms controlled by the assemblies. Break with all supra-national instances (NATO, EU, UN, IMF, etc.)
  1. Development of public services : transportation, healthcare, education, culture… Free public services. Mobilisation in order to raise the cultural level of the masses. Mobilisation of the masses in order to politically form them to the management and the defense of the republic.
  1. Re-nationalisation of Occitania. Policies of mass mobilisation around the Occitan language and culture. Compulsory learning of the Occitan language in school. Incentivisation of creation in Occitan. Officialisation of the languages of other stateless nations (Roma languages, tamazirth…) and of Poitevin-Saintongeais. Political and cultural autonomy for the national minorities (coming from former French colonies, Portuguese, Jewish, etc)
  1. Fight against the patriarchy. Remunerated paternity, maternity and child-raising leaves. Fight against violences towards women (obstetrical, sexual, etc). Mobilisation for anti-sexist education of men and women. Protection and increased rights of children. Fight against homophobia and transphobia, respect and affirmation of LGBT rights.
  1. Dismantling of nuclear power. Policies to lower our energy consumption. Priority on research of technologies linked to the production or the savings of energy. Deconcentration of energy production, via the development of localised, renewable sources adapted to the place, such as micro-hydroelectricity or geothermy.
  2. Active internationalist policy in support of revolutionary and anti imperialist struggles around the world.

Editoriau


Nous
, ouvrier-e-s, employé-e-s, petit-e-s paysan-ne-s, artisan-e-s, intellectuel-le-s progressistes, chômeur-euse-s et précaires, nous sommes le peuple, nous sommes une classe, nous créons la richesse, nous faisons l'Histoire et nous n'avons aucun pouvoir.

Nous, de Bordeaux à Chaumont, de Limoges à Vielha en passant par Marseille, Toulouse, Beaucaire, Clermont, Montpellier, Pau, Cahors, Nîmes, Toulon etc., nous vivons sur les terres de la vieille Nation d'Òc, soumise et inféodée depuis des siècles à un État centralisateur d’abord monarchique puis républicain mais toujours au service d’une même chose : l’accumulation capitaliste. Un État qui nie nos droits nationaux et détruit notre culture héritée d’une riche histoire populaire afin que nous parlions et pensions comme nos exploiteurs et oppresseurs, la bourgeoisie française qu’il sert, et ne bougions que dans les consensuelles et « républicaines » limites qui nous ont été fixées.

Nous n'avons plus rien à attendre de cette vieille République sclérosée.

Nous, d'ici ou originaires d'ailleurs, nous sommes liés par un avenir commun en construction.

Nous levons le drapeau rouge et l'étoile à sept branches pour construire une nouvelle Occitània, populaire, socialiste, unie, ouverte à tous et toutes qui ne veulent plus de ce vieux monde. Pour cela nous avons besoin de bâtir notre porte-voix,

Nous avons besoin d’une PRESSE DÉMOCRATIQUE ! D’une presse pour S’INFORMER ET SE FORMER! D’une presse pour S’ORGANISER!

Nous avons maintenant NOS - Novèlas OccitàniaS!

Nous commençons avec un site mais bientôt viendra la version papier, alors rejoignez les comités d'appuis partout dans l'Occitània historique!

 

Qu'est ce qu'une métropole ?
Qu'est ce qu'une métropole ?
L'Occitanie et les élections présidentielles de 2017 par les cartes.
L'Occitanie et les élections présidentielles de 2017 par les cartes.
Pérou - de l'Empire des Incas à l'Empire de la cocaïne.
Pérou - de l'Empire des Incas à l'Empire de la cocaïne.
Où vont passer nos écoles lotoises ?
Où vont passer nos écoles lotoises ?
L'islam et la révolution
L'islam et la révolution
Violence obstétricale : Il faut changer ce scénario.
Violence obstétricale : Il faut changer ce scénario.