Le mouvement des Gilets Jaunes, une révolte occitane.

Published in Occitània Read 459 times

 

Nous diffusons ce texte de présentation lu au début de la discussion sur le mouvement des Gilets Jaunes lors des JIOC le 09/03/2019 (FR/OC)

Nous diffusons également sous format PDF le document présenté et distribué ce jour-ci, et sur lequel la discussion s’est appuyée.

Cliquez sur l'image ci-dessous:

Nous désirons rendre un hommage aux morts, aux mutilés, aux blessés physiquement et psychologiquement, aux emprisonnés, et à toutes celles et ceux qui sont passés entre les mains de la justice et de la police.

Nous avons participé au mouvement des Gilets Jaunes en tant qu’ occitanistes révolutionnaires conscients et nous avons porté la nécessité de l’indépendance occitane et du socialisme comme solution à cette crise.

Nous vous proposons donc une analyse d’un point de vue occitan et occitaniste ; nous allons tenter de comprendre pourquoi l’Occitània a été et est un des points chauds du mouvement. Il n’y a pas seulement un tempérament occitan ou une histoire prompte a la révolte, mais aussi une réalité socio-économique propre à notre terre.

Ce mouvement est venu confirmer certaines de nos thèses. Nous allons vous présenter un document original sous forme de cartes. À notre connaissance cela fait plusieurs décennies qu’il n y a pas eu un tel travail. Le document n’est pas fini, il est incomplet, mais il reste une base très importante pour comprendre notre territoire.

Toute nos analyses partent d’un fait historique majeur pour la nation occitane, celui de notre conquête par les français, débuté il y a 800 ans. Lors de ce long processus avons perdu notre indépendance politique et donc le pouvoir de décider. Nous affirmons donc que le retard économique et tout les problèmes qui touchent notre peuple viennent de notre perte de souveraineté ( qui se concrétise notamment par un déséquilibre entre le nord et le sud de l’État ) mais bien sûr aussi de la crise générale (car mondiale ) du système capitaliste-impérialiste. Car nous le verrons le territoire occitan c’est aussi un contour de classe.

Dès le début nous avons analysé différentes faces de ce mouvement :

-un mouvement de classe touchant les masses populaires dans leur ensemble : ouvriers, employés, petit patronat, mais aussi de nombreuses femmes.

-C’est un mouvement qui découle directement de ce que Marx a appelé la baisse tendancielle du taux de profit, c’est à dire que quoi que fasse un capitaliste ce qu’il gagne va s’éroder ce qui va le pousser à pressurer toujours plus les peuples dominés, les travailleurs des pays dit développés mais aussi la nature.

De plus nous l’avons analysé avec notre vision d’occitanistes :

-un mouvement des provinces contre Paris, mais aussi des périphéries contre les métropoles ; des campagnes contre les villes.

-Dans chaque manifestation est apparu notre peuple, celui laissé à l’abandon de la frénésie capitaliste et de la concentration métropolitaine, ce que Paris ne veut pas voir ou plus voir. Dans le cœur des manifestations nous retrouvons l’ethnotype occitan, physique et accent francitan. C’est donc notre peuple qui est présent et, nous devons le dire, toujours de manière héroïque face a la répression violente de l’État parisien.

Certes ce mouvement est largement traversé par des contradictions, et nous avons vu que notre peuple est profondément aliéné. Le peuple est traversé de contradictions violentes, il veut la démocratie a la base mais en même temps un pouvoir fort, il veut la justice sociale, tout en ne voulant pas abolir les classes etc.

Les occitanistes doivent se saisir de ces mouvements sociaux pour faire avancer notre vision politique de l’Occitània, que cela soit l’autonomie ou l’indépendance. C’est pour cela que les gens de gauche doivent être présents pour ne pas laisser ce type de mouvement poreux à l’extrême droite.

Certes ces contradictions sont dures à appréhender, personne n’aime entendre brailler la Marseillaise ou se faire bloquer la vue par un drapeau tricolore. Mais souvenons nous de ce que disait Engels : la révolution ne se fera pas avec des anges mais avec les hommes du vieux monde qui sont des diables car pétris par ce même monde ignoble que nous voulons détruire.

Ce qui est sûr c’est que si nous n’allons pas rencontrer notre peuple il ne sera jamais au courant de ce qu’il est et des options possibles en dehors d’une soumission servile à l’État français. La conscience et le mouvement réel sont dans une relation dialectique et donc se nourrissent l’un de l’autre.

C’est en marchant que nous apprenons à connaître notre peuple, que nous découvrons ses contradictions et sa réalité.

Comment l’occitanisme peut il se passer d’une telle aubaine alors qu’un des épicentres du mouvement était en Occitània ?

Nous aurions pu créer un précédent historique si la manifestation du 17 février pour l’occitan s’était jointe le 16 février aux Gilets Jaunes, nous aurions rencontrer notre peuple et faire faire un bond aux consciences en montrant notre force.

 

Texte de presentacion de la discutida sus lo movement dei Gilets Jaunes, una revòuta occitana.

Volem rendre omenatge ais mòrts, ais estropiats, ais blessats fisicament e psicologicament, ais empresonats, ea toteis aquestei que son passats entre lei mans de la polícia e de la justícia.

Avem participats au movement dei Gilets Jaunes coma occitanistas conscients e avem portat la necessitat de l’independéncia occitana e dau socialisme coma solucion an aquesta crisi.

Adoncas vos prepausam una analisi d’un ponch de vista occitan e occitanista ; anem ensajar de compréner perqué Occitània era e es un dei ponchs cauds dau movement. N’i a pas manco un temperament occitan o una istòria prompta a la revòuta, mai tamben una realitat socio-economica pròpria a la terra nòstra.

Aquèu movement es vengut confirmar d’unei de nòstrei tèsis. Anem vos presentar un document originau sota fòrma de mapas. A nòstra coneissença fa de decenias que i a pas agut un tau trabalh. Lo document es pas acabat, es incomplèt, mai damòra una basa fòrça importanta per compréner lo nòstre territòri.

Totei nòstrei analisis partisson d’un fach istoric major per la nacion occitana : la conquista per lei franceses, començat fa 800 ans. Au moment d’aquèu procès long avem perdut nòstra independéncia politica e doncas lo poder de decidir. Adoncas afortem que la retardacion economica e totei lei problemes que tòcan nòstre pòple venon de la perta de nòstre soberanitat ( que se concretisa especialamnt per un desequilibri entre lo nord e lo sud de l’Estat ) mai tamben, segur, de la crisi generala ( que mondiala ) dau sistèmi capitalista-imperialista. Perqué coma o veirem lo territòri occitan es tamben un contorn de classa.

Tre la debuta avem analisat diferentas fàcias d’aquèu movement :

-un movement de classa que tòca lei massas popularas toteis ensems : obriers, emplegats, pichòt patronat, mai tamben de nombrosas femnas.

-un movement que resulta directament de çò que Marx sonava la baissa tendanciala dau taus de profièch, valent a dire que, que que fach un capitalista çò que ganha va s’usar, aquò va lo butar a pressar totjorn que mai lei pòples dominats, lei trabalhaires dei paises dich desvolopats e tamben la natura.

En mai d’aquò o avem analisat ambé nòstre vejaire occitanista :

-un movement dei províncias contra París, mai tamben dei periferias contra lei metropòlis ; dei campanhas contra lei vilas.

-Dins cada manifestacion lo pòple nòstre es aparegut, aquèu qu’es abandonat per la frenesia capitalista e la concentracion metropolitana, çò que París vòu pas o pòt pas veire. Au còr dei manifestacions trobam l’etnotip occitan, fisic e accent francitan. Adoncas es lo nòstre pòple qu’es present e, nos cau o dire, sempre eroïcament fàcia a la repression violenta de l’Estat parisenc.

Certas, aquèu movement es fòrça traversat per de contradiccions, e avem vist que lo pòple nòstre es prigondament alienat. Lo pòple es traversat per de contradiccions violentas, vòu la democracia a la base d’un costat mai de l’autre un poder fòrt, vòu la justícia sociala sensa abolir lei classas, etc.

Lei occitanistas devon se sasir d’aquelei movement sociaus per faire abançar nòstre vejaire politic d’Occitània, que siague l’autonòmia o l’independéncia. Es per aquò que cau que lo monde d’esquèrra siaque present per non pas daissar aquesta sòstra de movement porós a la drecha extrèma.

Certas aquelei contradiccions son malaisidas d’arrapar, a degun li agrada d’ausir bramar la Marseillaise o de se faire blocar la vista per una bandièra tricolòra. Mai remembram de çò que disiá Engels : la revolucion se farà pas ambé d’àngels mai ambé leis òmes dau vielh monde que son de diables que pastats per aquèu monde vergonhable que volem destruire.

Çò qu’es segur, es que se anam jamai encontrar lo pòple nòstre serà jamai au corrent de çò qu’es deis opcions possiblas fòra de la somission servila a l’Estat francés. La consciéncia e lo movement reau son dins una relation dialectica e doncas se noirisson l’un de l’autre.

Es en marchant qu’aprenem a coneisser lo pòple nòstre, que descurbem sei contradiccions e sa realitat.

Cossí l’occitanisme pòt se passar d’una tala escasença alara qu’un deis epicentres dau movement era en Occitània ?

Auriam pogut crear un precedent istoric se la manifestacion dau 17 de febrièr per l’occitan s’era junta lo 16 de febrièr ais Gilets Jaunes, auriam pogut encontrar lo pòple nòstre e faire faire un bond ais consciéncias en mostrant la nòstra fòrça.