La seconde bataille de Muret (Fr-Òc)

Published in Occitània Read 550 times

Il y a des signes qui ne trompent pas, la suppression de la filière occitan du collège de Muret en est un. Quoi de plus symbolique que la suppression de l’occitan dans une ville qui est un haut lieu de la mémoire occitane. Le 12 septembre 1213 à Muret, les troupes françaises bâtaient la coalition occitano-aragono-catalane.

Cette défaite ouvrait la voie à la conquête de l’Occitanie centrale en premier, puis à toute notre terre. Huit siècles après, les seigneurs du nord de notre époque mettent en danger le peu de droit que nous avons réussi à conquérir de longue lutte. La Réforme bureaucratique (dite Blanquer) de quelques technocrates pédants du bassin parisien est un nouvel acte de cette injustice insupportable qu’est notre ethnocide.

En son temps la respectable Simone Veil nous disait de ne « jamais oublier qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant. » En fait nous pouvons étendre cette recommandation à tous les droits démocratiques, y compris celui d’avoir un enseignement en occitan. 

La crise économique mondiale qui nous plonge dans le chaos, le besoin de l’impérialisme français de maintenir ses profits vont nécessiter la fascisation de la société pour nous faire accepter la pauvreté et les guerres.  Les tendances naturelles de ce pays malade est d’aller vers toujours plus de  nationalisme et de chauvinisme .

Qu’on se le dise l’Occitània, sa langue et sa culture n’ont plus aucune place (en admettant qu’il y en ait déjà eu) dans le projet identitaire nationaliste français. Les récentes attaques ne sont pas le fait d’un mauvais gouvernement qui viendrait trahir les idéaux de la République mais bien d’une réalité systémique. Les occitanistes se sont bercés d’illusions face à un Etat qui ne veut pas de nous. Considérons le comme ce qu’il est : un danger total pour notre existence.

Nous pouvons tout perdre dans la décennie à venir : cursus bilingue, Calandretas, festivals et créations artistiques, éditions, radios associatives, web tv et tout le reste. 

C’est aux militants mais aussi à nos leaders comme dirigeants historiques de prendre leurs responsabilités face au mouvement occitaniste en particulier et à toute la société civile occitane. Les Catalans nous montrent des formes d’organisations que nous devons impérativement construire ici. Nous avons besoin d’une structure large défendant les droits des occitanophones (personne n’en parle jamais), de la langue, de la culture, du territoire et de la société civile occitane. Une structure large avec comme but de faire apparaîtrele sentiment occitaniste dans la société et de peser face aux instances publiques mais aussi face à l’occitanisme quand il ne va pas dans le bon sens.

La seconde bataille de Muret a commencé nous ne pouvons la perdre.

Plus un pas en arrière.

 

La segonda batalha de Mureth

I a sinhaus atau que ns’enganam pas, la suppression de la cordèra occitan deu collègi de Mureth qu’en ei un. Qué de mei simbolic que la suppression de l’occitan dens la ciutat qui ei un lòc haut de memòria occitana. Lo 12 de setème 1213 a Mureth las tropas francesas vençón la colacion occitano-aragono-catalana. Aquesta des.hèita qu’obrè la via a la conquèsta de l’Occitània centrau en prumer, puish a tota la nosta tèrra. Uèit sègles aprés los senhèrs de nosta epòca que hican en dangèr lo pauc de drèit que conquistaram de luta longa. La refòrma bureucratica (que’s dit Blanquer) de quauques tecnòcratas deu bassinh parisenc qu’ei un navèth acte d’aquera injusticia insuportable qu’ei lo noste etnocidi.

En son temps la respectable Simone Veil que’ns disèva de non pas “jamei desbrombar  que sufirà d’ua crisi politica, economica o religiosa tau que nostes drèts de hèmnas que seràn tornar en question. Que deveretz demorar vigilentas la vòsta vita sancèra. » En hèit que podem esténer aquesta recomendacion a tots los drèts democratics quan seré lo d’aver un ensenhament en occitan.

La crisi economica mondiau que’ns torna en.honsar dens lo caòs.  Lo besonh de l’imperialisme francés de mantiéner los sons profièchs que va necessitar la fascisacion de la societat entà’ns har acceptar la paubretat e las guèrras. Lo nacionalisme, lo chauvinisme francés que son las tendéncias naturaus d’aqueth país malaut.

Que sia dit, L’Occitània, la soa lenga, la soa cultura n’an pas mei de plaça dens lo projèct identitari nacionalista francés. Las recentas atacas ne son pas lo hèit d’un mau govèrn que vieneré trahir los ideaus de la République mes qu’ei , de segur, ua realitat sistemica. Consideram-lo com çò qu’ei : un dangèr totau tà la nosta existéncia.

Que podem tot pèrder dens la decenia a vièner: cursus bilingas, Calandretas, hestenaus e creacions artisticas, edicions, radios associativas, oèb tv e tot lo demiei.

Qu’ei aus militants mès tanben a nostes capdaus com dirigents istòrics de préner las loas responsabilitats cap au movement occitanista en particular e a tota la societat civila occitana en generau ; Lo catalans que’ns amuishan fòrmas d’organisacions que’ns devem imperativament bastir aciu. Qu’avem besonh d’ua estructura larga tà de.héner los drèts deus occitanofònes ( ne s’i parla pas jamei d’aquò), de la lenga, de la cultura, deu territòri e de la societat civila occitana. Ua estructura larga dab com but de har créisher lo sentit occitanista dens la populacion e de pesar cap aus insténcias publicas mes tanben cap a l’occitanisme quan ne va pas dens lo bon sens.

La segonda batalha de Mureth qu’a començat ne la podem pas pèrder.

Pas mei un pas en darrer.