Dia de l’independéncia deu Bearn, 25 sept. Featured

Published in Occitània Read 397 times

Le FPRO - Front Popular per la Republica Occitana a déployé une banderole : "Un Bearn libre dens un ua Occitània independenta", à Orthez sur la tour Moncade (33m), pour fêter ce 25 septembre : jour de l'indépendance du Béarn.  Cet acte politique prépare les 400 ans de l'annexion du Béarn, en 2020, que le FPRO souhaite politiser. A cette occasion, le "Se canta" a été chanté autour d'un petit jurançon.

Voici le communiqué lu lors de l'événement :
"Adishatz, mercés d’estar vienuts ací a Ortès entà comemorar peu purmèr còp aqueth eveniment important en la nosta istòria locau e nacionau occitana e gascona, lo dia d’ua subtila declaracion desguisada, la declaracion d’independéncia de Gaston Febus cap au reiaume de França.


Lo 25 de seteme de 1347 donc, a Ortès, en lo son castèth lo comte Gaston III dit Febus que recebèva un representant deu senechal de Roergue qui’u demandava de viéner combatejar dab lo rei de França contra Anglatèrra. Gaston Febus qu’èra alavetz joenòt mes malin, la soa formacion politica que la tienèva de la soa mair la reina Alienor. E, determinat qui èra a esvitar lo conflicte entre dus Reiaumes grans, que balhè per escriut ua responsa qui ei demorada en l’Istòria nosta mes pas en l’Istòria oficiau francesa ensenhada.
Per la soa letra Febus que declarè las tèrras deu Bearn neutras en aqueth conflicte e sustot qu’arrefusè de plegar lo jolh dabant lo Rei de França çò qui representava ua vertadera declaracion d’independéncia e qui sauvè los Gascons e Gasconas deus Pirenèus per un temps de la guèrra de 100 ans. L’ambicion afichada deu Gaston Febus qu’èra d’apitar un gran Estat pirenean en loquau per l’epòca las lei foraus n’èran pas tant maishantas qu’aquò e que deishavan ua part deu poder de decision a la populacion. Un sistèmi rara en l’Euròpa medievau donc.
Mes perqué comemorar aquera data luenhèra ?
L’aiga qu’ei passada en devath deu pont deu gave. Lo Bearn qu’estó invadit e estacat a França en 1620 e que’s perdó las leis e costumas a partir de la Revolucion borgesa de 1789.
Nosauts, au FPRO, lo Front Popular per ua Republica Occitana, que volem a tot hòrt sortir de l’alienacion programada qui patim. Que volem tirà’ns de l’ideologia nacionalista francesa qui escon tot lo noste passat, qui ten a har créder qu’èm francés despuish milierats d’annadas de l’epòca deus Celtes enlà, qui hè créder qu’averém un territòri nacionau definit per frontièras naturaus, que la França ei un estat-nacion, etc…Que volem sortir d’aquò. E tà sortir d’aquò que cau har ? Que cau léger l’istòria deus perdants, la nosta, que cau apréner, parlar, afichar e transméter la lenga. E que cau organizar petits eveniments atau de comemoracion e de reflexion. De reflexion pr’amor aquera data e aquera declaracion que’ns interrotja : e son imuables en lo temps los Estats ? E debem pensar lo noste aviéner en aqueth estat francés imperialista, qui pòrta atacas regularas contra la nosta lenga e donc contre la nosta nacion, (pr’amor qu’èm ua nacion) ? O devem envisajar de deishar aqueth estat entà’n formar un aute, que sia un Estat Occitan federau o un Estat pluri nacionau dab autes pòples europeans ?
La responsa tà nosautes qu’ei clara : n’i a pas d’aviéner possible tà l’espècia umana en un monde capitalista qui destruseish lo noste habitat. Que’ns hè besonh ua Republica dab un modèle economic socialista e ecologista, que’ns hè besonh ua Republica on la hemna ei considerada a egalitat dab l’òmi, que’ns hè besonh ua societat shens classa, shens las inegalitats pregondas de uei, ua Republica independenta d’un poder centrau que sia Parisian o Brusselés, ua Republica obèrta sus lo monde, arcuelhenta. Que seré lo parat de tornar naveths Fors deu Bearn en adapta’us a la nosta situacion actuau. Que’ns cau demandar aus nostes elegits de’s prononciar sus la possibilitat d’ua autonomia deu Bearn en ua Occitania independenta e quitament en Estat francés en decadença totau, sus la possibilitat de tornar apitar un Parlament a noste entà reconquesir los nostes drets democratics.
En 2020, un aute eveniment mei important enqüèra que’s debanerà a noste. Que seràn los 400ans de l’annexion deu Bearn a França dab l’estrategia de conquèsta qui coneishem. Que se’n va temps de har lo bilanç d’aqueras 400 annadas passadas en l’Estat francés. D’analisar çò que ns’a portat e çò que ns’a tirat e de’s pausar seriosament la question de la liberacion nacionau per lo noste aviéner.
Que caló sonque la volontat d’un òmi, e n’èra pas un Sant òmi, en 1347, per protegir lo país d’ua guèrra de conquèsta longa e hastiau entre França e Anglatèrra. Uei qu’ei a la nacion occitana sancèra de’s prononciar per l’autodeterminacion deu noste pòple e de deishar la França per formar ua Republica Populara Occitana Socialista.
N’i a pro de la recuperacion istorica a noste e de l’etnocidi qui patim !

A la fin que cau diser que "convocam tots los biarnés e totas las biarnesas a las futuras manifestacions deus 400 ans l’an qui vien entà musihar la nosta determinacion.

Viva lo Bearn libre en ua Occitania independenta !

Bonjour, merci d’être venus.es ici à Orthez pour commémorer probablement pour la première fois cet événement important de notre histoire locale et nationale occitane et gasconne, le jour d’une subtile déclaration, la déclaration d’indépendance de Gaston Febus envoyée au roi de France.
Le 25 septembre 1347 donc, à Orthez, dans son château le compte Gaston III dit Febus recevait un représentant du Sénéchal du Rouergue qui lui demandait de venir combattre aux côtés du roi de France contre le roi d’Angleterre. Gaston Febus était alors tout jeune (16 ans) mais malin, tenant sa formation politica de sa mère la reine Aliénor. Et, déterminé qu’il était à éviter le conflit entre deux grans royaumes, il donna par écrit une réponse insolite qui est restée dans l’Histoire, la notre, mais pas dans l’Histoire française officielle enseignée.
Par sa lettre Febus déclara les terres du Bearn neutres dans ce conflit franco-britannique et surtout il refusa de ployer le genou devant le roi de France ce qui représentait une véritable déclaration d’indépendance et qui préserva les Gasconnes et les Gascons des Pyrénées de la guerre de cent ans pour un temps. L’ambition affichée de Gaston Febus était de créer un grand Etat pyrénéen dans lequel, pour l’époque, les lois forales n’étaient pas si mauvaises et elles laissaient une part de pouvoir à la population. Un système rare dans l’Europe médiévale.
Mais pourquoi commémorer cette date lointaine ?
De l’eau a coulé sous le pont du gave. Le Bearn a été envahit et rattaché à la France en 1620 mais il perdit ses lois et coutumes et son Parlement à partir de la Révolution bourgeoise de 1789.
Nous, militants.es du FPRO, le Front Populaire pour une République Occitana, nous voulons à tout prix sortir de l’aliénation programmée que nous subissons. Nous voulons sortir de l’ideologie nationaliste française qui cache nos origines, qui tien à nous faire croire que nous sommes français depuis des millénaires depuis l’époque des Celtes, qui nous fait croire que nous aurions un territoire national défini par des frontières naturelles, que la France serait un Etat-nation, …. Nous voulons sortir de cela. Et pour sortir de cela que faut-il faire ? Il faut lire l’histoire des perdants, la notre, il faut apprendre, parler, afficher et transmettre notre langue. Et il faut organiser de petits événements comme aujourd’hui de commémoration et de réflexion. De réflexion parce que cette date et cette déclaration astucieuse et audacieuse nous interroge : les Etats sont-ils immuables dans le temps ? Sont-ils éternels ? Devons-nous strictement penser notre avenir dans cet Etat français impérialiste qui porte des attaques régulières contre notre langue et donc contrenotre nation ? Ou devons-nous envisager de quitter cet Etat pour en former un autre, que se soit un Etat Occitan fédéral  ou un Etat plurinational avec d’autres peuples européens ?
Pour nous nous la réponse est claire : il n’y a pas d’avenir possible pour notre espèce dans un monde capitaliste qui détruit notre habitat. Il nous faut une République avec un modèle économique socialiste et écologiste. Il nous faut une République où la femme est enfin considérée à l’égal de l’homme. Il nous faut une société sans classe, sans ces inégalités insupportables d’aujourd’hui. Une république indépendante d’un pouvoir central qu’il soit parisien ou Bruxellois, une République ouverte sur le monde, accueillante. Ce serait l’occasion de réinventer nos Fors du Béarn en les adaptant à notre situation actuelle. Enfin, il nous faut demander à nos élus de se prononcer sur la possibilité d’une autonomie du Béarn dans une Occitanie libre ou dans un Etat français en totale décadence, sur la possibilité de recréer notre Parlement pour reconquérir nos droits démocratiques et stopper notre ethnocide.
En 2020, un autre événement plus important encore aura lieu chez nous. Il s’agit des 400 ans de l’annexion du Bearn à la France avec la stratégie de conquête que l’on connaît. Il est grand temps de faire le bilan de ces 400 ans passées dans l’Etat français. D’analyser ce qu’il nous a apporté et ce qu’il nous a retiré ou imposé et de se poser sérieusement la question de la libération nationale pour notre avenir.
Pour finir, nous dirons qu’il a fallu la volonté d’un seul homme, et ce n’était pas un saint homme, en 1347, pour protéger notre pays d’une guerre de conquête longue et dure entre la France et l’Angleterre. Aujourd’hui c’est à la nation occitana toute entière de se prononcer pour son autodetermination et de quitter l’Etat français pour former une République Populaire Occitane et Socialiste.

Nous invitons tous les bearnais et les bearnaises aux futures manifestations des 400ans l’année prochaine pour montrer notre détermination et que nous n’oublions rien de ce qui a été fait et de ce qui est fait aujourd’hui contre nous.

Vive le Béarn libre dans une Occitanie indépendante !"