mercredi, 07 février 2018 12:18

Quelques réflexions sur le processus catalan

Le processus d'indépendance du Principat est dans l'impasse. D'un côté nous avons un État espagnol qui ne veut rien lâcher, une Europe qui ne veut pas créer un précédent ; et de l'autre nous avons les représentants du Peuple catalan qui sont comme paralysés. Malgré les mobilisations de masse de la société civile, la situation risque de s'enfoncer dans un statu quo démobilisateur. Tout cela désarme les masses et crée un sentiment de gâchis énorme.

Published in Politica
mercredi, 24 janvier 2018 11:49

1189 : La commune de Tolosa

Pour transformer le monde, à commencer par la partie du monde qui nous incombe, celle où nous vivons et luttons, l'Occitània, il faut le comprendre. Pour pouvoir à la fois, en Occitanie, mener à bien une révolution sociale radicale et briser les chaînes qui nous lient à l'État impérialiste français au bénéfice du Capital qu'il sert, il importe donc d'étudier, d'avoir une connaissance et une analyse profonde de notre société et de son histoire - histoire dont l'invisibilisation est une arme fondamentale de nos oppresseurs, et la réappropriation un combat fondamental pour nous.
Published in Istòria

Le 29 septembre 2016, le gouvernement officialisait le nom Occitanie-Pyrénées-Méditerranée pour la nouvelle région née de la fusion des régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Dans le milieu occitaniste, les réactions furent mitigées, c'est le moins qu'on puisse dire.

Ces réactions avaient eu comme antécédent de virulents débats sur Facebook. Certains occitanistes voyaient ce nom comme le début d'une reconnaissance, tandis que d'autres le voyait comme la fin de l'occitanisme.

Published in Occitània

La liste nationaliste/autonomiste corse a reçu 56.46% des voix exprimées, soit environ 67000 voix.  C’est un plébiscite très large pour cette liste de rupture. Rupture avec la politique coloniale menée par l’état français depuis l’annexion de la corse en 1768, rupture avec le clanisme, rupture avec la classe politique  française. Les réactions, à droite comme à gauche, démontrent bien la rupture avec le modèle dominant.

Published in Politica

 

Beaucoup aujourd'hui semblent découvrir, avec la répression en Catalunya, que la monarchie espagnole n'est pas exactement un paradis démocratique. La situation actuelle n'est pas exceptionnelle mais bien d'une froide et banale normalité dans ce pays. Combien de femmes et d'hommes sont passés entre les mains broyeuses de l’État depuis le retour de la « démocratie », nous ne le savons pas. Euskal Memoria (le site est ici) vient de sortir un document faisant état de 5022 cas de tortures seulement en Euskal Herria entre 1947 et 2014... Le document démontre que la démocratie, loin d'avoir été une rupture, n'a fait que continuer une vieille tradition du pouvoir militaire factieux commencée en 1936.

Published in Istòria
lundi, 08 mai 2017 19:24

L’islam et la révolution

    Beaucoup ne voulaient pas les voir, ou en parlaient de loin, beaucoup par facilité et d’autres par racisme non assumé. En incendiant les périphéries des grandes villes en 2005, et encore plus avec les récents attentats, les masses musulmanes ont fait leur entrée sur la scène politique. Non seulement elles existent, mais en plus elles pensent et en plus elles sont en rupture avec le système imposé. Le ‘pire’, c’est qu’elles ont des revendications culturelles en complète opposition avec le modèle ‘universaliste’ français. De cela, la droite s’en lave les mains : elle peut démontrer ainsi que les musulman-e-s ne peuvent ou ne veulent pas s’intégrer, qu’ils ne sont pas compatibles avec notre modèle de ‘civilisation’, etc. etc. La gauche, elle, est déphasée : ses « clients » habituels ne se comportent pas comme prévu. Au lieu de voter tranquillement pour elle, ils abstiennent massivement ; au lieu d’accepter et de se fondre dans le moule merveilleux de la société universaliste française, ils préfèrent se tourner vers l’imam et la tradition. Bref la gauche est perdue. Que beaucoup doivent regretter cette période bénie où l’on n’en parlait pas !

Published in Societat
mercredi, 11 septembre 2013 04:08

L’islam et la révolution

          Beaucoup ne voulaient pas les voir, ou en parlaient de loin, beaucoup par facilité et d’autres par racisme non assumé. En incendiant les périphéries des grandes villes en 2005, et encore plus avec les récents attentats, les masses musulmanes ont fait leur entrée sur la scène politique. Non seulement elles existent, mais en plus elles pensent et en plus elles sont en rupture avec le système imposé. Le ‘pire’, c’est qu’elles ont des revendications culturelles en complète opposition avec le modèle ‘universaliste’ français. De cela, la droite s’en lave les mains : elle peut démontrer ainsi que les musulman-e-s ne peuvent ou ne veulent pas s’intégrer, qu’ils ne sont pas compatible avec notre modèle de ‘civilisation’, etc. etc. La gauche, elle, est déphasée : ses « clients » habituels ne se comportent pas comme prévu. Au lieu de voter tranquillement pour elle, ils abstiennent massivement ; au lieu d’accepter et de se fondre dans le moule merveilleux de la société universaliste française, ils préfèrent se tourner vers l’imam et la tradition. Bref la gauche est perdue. Que beaucoup doivent regretter cette période bénie où l’on n’en parlait pas !

Published in Debat