Le processus d'indépendance du Principat est dans l'impasse. D'un côté nous avons un État espagnol qui ne veut rien lâcher, une Europe qui ne veut pas créer un précédent ; et de l'autre nous avons les représentants du Peuple catalan qui sont comme paralysés. Malgré les mobilisations de masse de la société civile, la situation risque de s'enfoncer dans un statu quo démobilisateur. Tout cela désarme les masses et crée un sentiment de gâchis énorme.

Le 29 septembre 2016, le gouvernement officialisait le nom Occitanie-Pyrénées-Méditerranée pour la nouvelle région née de la fusion des régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Dans le milieu occitaniste, les réactions furent mitigées, c'est le moins qu'on puisse dire.

Ces réactions avaient eu comme antécédent de virulents débats sur Facebook. Certains occitanistes voyaient ce nom comme le début d'une reconnaissance, tandis que d'autres le voyait comme la fin de l'occitanisme.

Être migrants ou devenir réfugiés aujourd’hui dans l’Union Européenne est un parcours du combattant inhumain. Les gouvernements traitent cette question avec le plus grand mépris comme si ces personnes n’étaient pas des humains. L’hypocrite discours de la bourgeoise sur notre «démocratie » vient s’écraser une fois de plus sur la dure réalité. L’UE traite ces enfants, femmes et hommes issus des pays dominés par l’impérialisme comme elle traitait les fils et les filles de ses colonies, c’est-à-dire comme de la viande, des animaux.

La liste nationaliste/autonomiste corse a reçu 56.46% des voix exprimées, soit environ 67000 voix.  C’est un plébiscite très large pour cette liste de rupture. Rupture avec la politique coloniale menée par l’état français depuis l’annexion de la corse en 1768, rupture avec le clanisme, rupture avec la classe politique  française. Les réactions, à droite comme à gauche, démontrent bien la rupture avec le modèle dominant.

Celles et ceux d'entre vous qui ont été amené.e.s à fréquenter les grandes métropoles comme Toulouse ou Montpellier, ou peut-être dans l'exil Lyon voire Paris, et leurs milieux militants de gauche radicale, auront certainement déjà été confronté.e.s à des notions telles que "déconstruction"/"déconstruit", "intersectionnalité", "checker son privilège", "safe", et se seront peut-être même

 

Aujourd'hui, le chauffage électrique est le deuxième mode de chauffage le plus utilisé dans l'état français, derrière le gaz naturel. C'est un mode de chauffage qui a été vendu et revendu sous pas mal d'arguments commerciaux, comme son côté « vert » (pas d'émissions de CO2) ou encore son rendement (0% de pertes).

Cependant, ces arguments sont ce qu'ils sont : des arguments commerciaux. Regardons de plus près ce qui se cache derrière le chauffage électrique.

 

Nòs- Novèlas OccitàniaS que sostien la creaccion de Comitat de Defensa de la Republica (CDR) per tot en Occitània. Lo combat deus catalans qu’ei lo noste tanben. Que sonam tots  e totas los e las progressitas, demòcratas e revolucionàrias tà juntar lo CDR e defensar la navèra Republica catalana. Que podètz tornar trobar ua analisi sus la Catalunya açí

Nòs- Novèlas OccitàniaS soutient la création de Comité de Défense de la République (CDR) partout en Occitània. Le combat des catalans est le nôtre aussi. Nous appelons tous et toutes les progressistes, démocrates et révolutionnaires à rejoindre les CDR et défendre la nouvelle République catalane. Vous pouvez retrouver une analyse sur la Catalogne ici

Que'vs presentam lo comunicat de constitucion deu CDR de Tolosa:

Nous vous présentons le communiqué de constitution du CDR de Tolosa:

Manifeste de Toulouse Pour la démocratie:

Interview en bilingue d'un salarié du CFPO de Tolosa, le CFPO c'est le  Centre de Formacion Professionala d’Occitània, spécialisé dans l’enseignement de l’occitan, qui propose depuis 1999, une offre de formation de qualité et ouverte à tous, en gascon et en languedocien. C'est un organisme

 

Il nous arrive souvent d'être appelé à l'improviste par un inconnu faisant partie d'une société, nous demandant quelques minutes de notre temps pour remplir son questionnaire. Nombreux sont ceux qui, pour des raisons compréhensibles, refusent, parfois de manière violente, de participer à ce type d'enquête.

Pourtant, vous qui refusez, vous êtes vous déjà posé la question de savoir comment cela se passe au bout du fil ? La voix souriante (parce que sourire au téléphone est la règle numéro 1 dans ce métier) et polie qui vous demande quelques minutes cache tout un enfer.

   Des révolutionnaires occitanistes ont présenté ce document lors d'une rencontre visant à créer une coordination antifasciste dans "le Sud". Ce document soulève des questions extrêmement importantes à l'heure où la république  française connait une vague réactionnaire et chauvine sans précédent. La situation catalane pose de nouveau la question des nations dominées dans les pays impérialistes, question qui dans l'état français est une des lignes de démarcations entre le courant révolutionnaire et la réaction. Bonne lecture et réflexion!

 

 Avec la crise générale du capitalisme, l’impensable s’est produit : l’Histoire, avec la lutte des classes comme moteur, s’accélère.

Oui, l’impensable s’est produit de l’autre côté des Pyrénées : le Principat de Catalunya est en train de se constituer comme république indépendante.

Qui aurait pu imaginer cela il y a 15 ans, tant l’Espagne semblait au faîte de sa puissance ? Le slogan de l’époque, « España Va Bien » (l’Espagne va bien), reflétait l’arrogance de la classe dominante. Seule la « Zona Norte », le Pays Basque, semblait en dehors de la douce normalité ibérique.

Être une femme noire dans une Catalunya indépendante

 texte original ici.

   Je suis une femme, fille d'immigrés, immigrée, catalane, de gauche, TRÈS à gauche, et noire... Surtout noire.

Le 1er octobre 2017 je suis allée voter, j'ai protégé une école-bureau de vote, et oui, J'AI VOTÉ. Plusieurs fois je me suis demandé si cela apporterait un changement et si tel est le cas, si ce changement bénéficierait aux groupes minoritaires et opprimés dont je fais partie. Sincèrement, j'ai dans la tête plusieurs réponses qui varient selon la perspective :

 

Il y a en Occitanie à ce jour six équipes de fotbòl en Ligue 1, deux en Ligue 2, quatre en National.

La totalité des clubs ont un groupe de supporters, de "l'amicale" pour les plus petits en national, aux groupes "Ultras" pour les autres. Nous allons voir ici la liaison qu'entretiennent les groupes de supporters,  dit "Ultras"  avec l'identité Occitane.

    Beaucoup ne voulaient pas les voir, ou en parlaient de loin, beaucoup par facilité et d’autres par racisme non assumé. En incendiant les périphéries des grandes villes en 2005, et encore plus avec les récents attentats, les masses musulmanes ont fait leur entrée sur la scène politique. Non seulement elles existent, mais en plus elles pensent et en plus elles sont en rupture avec le système imposé. Le ‘pire’, c’est qu’elles ont des revendications culturelles en complète opposition avec le modèle ‘universaliste’ français. De cela, la droite s’en lave les mains : elle peut démontrer ainsi que les musulman-e-s ne peuvent ou ne veulent pas s’intégrer, qu’ils ne sont pas compatibles avec notre modèle de ‘civilisation’, etc. etc. La gauche, elle, est déphasée : ses « clients » habituels ne se comportent pas comme prévu. Au lieu de voter tranquillement pour elle, ils abstiennent massivement ; au lieu d’accepter et de se fondre dans le moule merveilleux de la société universaliste française, ils préfèrent se tourner vers l’imam et la tradition. Bref la gauche est perdue. Que beaucoup doivent regretter cette période bénie où l’on n’en parlait pas !

 

La plénitude de ses moyens à une société est toujours menacée de décadence. Une civilisation subit de multiples influences, et elle ne peut vaincre que dans l’effort, ce qui suppose qu’elle rencontre toujours des hommes capables de la promouvoir.
Etapes de colonisation : mainmise de l’administration sur le territoire, nomination de fonctionnaires allogènes, émigration des indigènes, remplacement par des populations extérieures, capables de dominer l’économie locale et régionale, entraînant des changements profonds dans les comportements culturels et linguistiques, puis exploitations des ressources locales pour les loisirs, l’énergie, les productions. La colonisation est réussie quand il n’y a plus de sentiment de frustration, d’aliénation, plus de contestation politique.

      Les cartes peuvent être un révélateur de beaucoup de chose, elles font parties des identités et de notre vision du monde. Elles peuvent bien sûr être manipulé et on peut leur faire dire ce que l’on veut, bref tout cela est à prendre avec des « pincettes ». Ces cartes sont bien sur incomplètes, elles ne prennent pas en compte l’abstention, le vote jeune, le vote ouvrier (ou plutôt l’abstention massive) etc. Cette analyse n’est pas une analyse des élections présidentielles de 2017.

 

 Nous allons parler de l’Occitanie, territoire non reconnu, mis à part par le nom d’une région qui ne regroupe qu’un tiers des Occitans. Quand nous disons Occitans nous parlons de l’ensemble des personnes vivant sur le territoire historique de langue occitane. Ce qui nous a intéressés dans les cartes qui vont suivre, c’est l’apparition à travers les habitudes électorales des Occitans l’apparition du territoire occitan lui-même. Ce qui nous a encore plus intéressés, c’est que malgré la forte poussée réactionnaire une grande partie des Occitans sont encore bien ancrés à gauche. Mais le FN est hélas aussi très représenté dans plusieurs territoires, et nous tenterons de donner un début d’explication à cela.