Economia

Economia

Février 2017 : les députés et sénateurs français trouvent un accord sur la proposition de loi visant à « lutter contre l'accaparement des terres agricoles par de grandes sociétés ». L'État français est lui aussi touché par un phénomène, en réalité mondial, de rachat de terre par des multinationales (entreprises monopolistiques), détruisant la paysannerie et mettant en danger la souveraineté alimentaire des pays. Au niveau mondial, aucune loi ne régit ce vol ; car il s'inscrit en effet dans le cadre des rapports inégalitaires entre pays impérialistes et pays dominés, entre le Nord et le Sud global.

       Depuis plusieurs années, Tolosa détient le record de croissance urbaine dans l'État français.  En 2015, ce ne sont pas moins de 8 000 habitants de plus qui sont venus s'installer dans la Ville Rose, faisant la fierté des politiciens locaux. C'est une croissance énorme, chaque décennie c'est l’équivalent d'une ville comme Pau qui rejoint l’agglomération.  Tolosa est au cœur d'un mouvement de population à l’échelle étatique, européenne et mondiale. Depuis 2008, le passage à la phase aiguë de la seconde crise générale du capitalisme a accéléré encore plus ce processus.  Le territoire occitan a toujours été victime de l’État capitaliste français, depuis le XIXe siècle des centaines de milliers d'occitans ont quitté leurs territoires vers le Nord de l'Etat, ou vers d'autres contrées comme l’Amérique du Sud par exemple. La renaissance occitaniste des années 1960-70 a placé ce problème économique, politique, culturel et social au cœur de la lutte ; le slogan "Volèm viure al pais" étant probablement le slogan qui caractérise le mieux cette période de notre lutte.