CRISTÒLI DURATÈSTA un héros du peuple occitan (vers Òc-Fr)

Published in Istòria

N’èra pas un àngel, n’èra pas Satan. La legenda, per l’auger oblidat, a augut lo temps d’apitar d’eth un portrèit idealizat e romantic que ne rebat pas exactament la realitat, mes aquò rai : l’òme es a la hautor dau mite. Sa vida, tau coma fut, ne deminga pas sa legenda.

 

Cristòli Duratèsta, lo vodrén proletari davant l’òra, sortit dau puble. La legenda lo ditz bochèir. Ne n’èra pas. Lo registre de l’Ormada lo ditz clarament : èra « sollicitor de procès », çò que s’aperaré un avoat, un oficièr de justícia cargat de representar los acusats devant una cort : una traca d’avocat en quauque sòrta. Èra donc borgés de Bordèu, de pichona borgesia egau, mes borgés. Son pair èra, sembla estar, un simple sargent o uishèir. Lo didèvan juene quora se morit : ne n’èra pas. Cristòli Duratèsta sembla estar neishut en 1603, avèva donc 51 ans a sa mòrt en 1654, a Bordèu.

 

Estut eth un grande defendeire daus interèst dau puble ? Lo pensèt estar. Damb tres autes Bordalés : Vilard, Moishac e Crosilhat, es a l’origina de la redaccion d’aquestes estatuts de l’Ormada de Bordèu, aqueste governament de ciutat-estat, se volent democrate, popular, collectivista, mutualista, egalitari. Aquò se trobèt estar au printemps de 1652, après que lo Parlament de Guiana s’augusse rendut au rei de Frància, au cap de tres ans de sedicion. L’Ormada se constituèt e refusèt aquesta reddicion. Au nom daus principis continguts dens lo Contr’Un d’Estève de la Boissiá, proclamèt lo governament popular, declarèt la ciutat en democracia, e entreprit de caçar lo Parlament. Aqueste rendut un arrèst lo 13 de mai : l’Ormada lo cassèt ! Un Parlament, cort sobirana que ne rend justícia que per e au nom dau rei, veire son arrèst cassat per un governament insurreccionau, èra dau jamès vist. Los arrèsts dau Parlament avèvan fòrça de lei. Los refutar constituava un putsch vertadèir. Los Ormistas sabèvan que Bordèu èra una ciutat-estat, democratica, encara que d’una democracia oligarquica a l’ateniana, mes d’ont lo puble amei lo tot petit puble, dau moment qu’èra agradat coma ciutadan, podèva auger sa vòtz au capítol e estar representat. Atau èra Tolosa, tanben, a l’Atge Mejan.

 

De verai, coma tot governament insurreccionau, ven lo moment que, desbordat per sos ancians oposants aliats damb lo reiaume de Frància, traït d’un bòrn e de l’aute, s’embarra dens la tirania e ven impopular. Laishat per la basa - basa que sheitava dens las institucions de l’Ormada, on èra defendut d’estar nòble - pauc a pauc lo moviment s’embarra dens sa logica, hèi lo redgide, refusa tota negociacion amei tot comèrci. Dens un pòrt coma Bordèu, una ciutat bastida sus lo comèrci, coma aquò auré poscut marchar ? Las pòrtas de l’ostau de vila son ubèrtas, los Espanhòus e los Irlandés dau rei d’Espanha que devèvan defénder Bordèu e l’Ormada a Laurmont e Borg se renden, las vilas son pristas. Es la fin. Som au començament de 1654. Sos enemics escopissen sus Duratèsta. Lo Parlament, acaçat, se venja. Los ancians companhs testimònian contra eth. Lo pintran coma un tiran, un despòte, un Robespierre avant l’òra.

 

Assaja de s’escapar, benlèu per ganhar l’Espanha, e ‘sajar de tornar au cap d’una armada. Serà agantat dau bòrn de las Petitas Lanas, dètz legas (58 quilomètres sivant la lega de Gasconha) après Cadilhac ce-diden los tèxtes. Mandèren 40 sordats per lo gahar e l’escortar dincas a Liborna on estut mis en preison. Quaranta òmes per un sol : una escoada digna d’un cap de guèrra, d’un cap d’estat. Un daus sordat divèva confiar, naientament : « n’èi pas jamès vist atau una poissança de rasonament en çò d’un òme de tan bassa extraccion ». Estut condamnat a la ròda en genèir de 1654, roat viu e son cap trencat estut plantat au capit de la tor de l’Ormada, ont avèva ronçat son aventura.

 

Duratèsta estut lo darnèir representant de l’esperit independentista de las ciutats occitanas.

 

 

Ce n’était pas un ange, ce n’était pas Satan. Son oubli a permis à la légende de prendre le temps de dresser de lui un portrait idéalisé et romantique qui ne reflète pas exactement la réalité, mais qu’importe : l’homme est à la hauteur du mythe. Sa vie, telle qu’elle fut, ne réduit pas sa légende. 

Christophe Dureteste, on le voudrait prolétaire avant l’heure, sorti du peuple. La légende le dit boucher. Il ne l’était pas. Le registre de l’Ormée le précise clairement : il était « solliciteur de procès », ce qu’on pourrait appeler un avoué, un officier de justice chargé de représenter les accusés devant une cour : une sorte d’avocat en quelque sorte. Il était donc bourgeois de Bordeaux, de petite bourgeoisie certes, mais bourgeois. Son père était, semble-t-il, un simple sergent de porte ou huissier. On le disait jeune quand il mourut : il ne l’était pas. Christophe Duresteste semble être né en 1603, il avait donc 51 ans à sa mort en 1654, à Bordeaux.

 

Fut-il un grand défenseur des intérêts du peuple ? Il crut l’être. Avec trois autres Bordelais : Villard, Mouchac et Crouzillat, il est à l’origine de la rédaction de ces statuts de l’Ormée de Bordeaux, ce gouvernement de cité-état, se voulant démocrate, populaire, collectiviste, mutualiste, égalitaire. Ces faits se produisirent au printemps de 1652, après que le Parlement de Guyenne se fût rendu au roi de France, au terme de trois ans de sédition. L’Ormée se constitua et refusa cette reddition. Au nom des principes contenus dans le Contr’Un d’Étienne de la Boétie, elle proclama le gouvernement populaire, déclara la ville en démocratie et entreprit de chasser le Parlement. Celui-ci rendit un arrêt le 13 mai : l’Ormée le cassa ! Un Parlement, cour souveraine qui ne rend justice que de par et au nom du roi, voir son arrêt cassé par un gouvernement insurrectionnel, c’était du jamais vu. Les arrêts du Parlement avaient force de loi. Les réfuter constituait un véritable putsch. Les Ormistes savaient que Bordeaux était une cité-état, démocratique, bien que d’une conception oligarchique de la démocratie, à l’athénienne, mais dont le peuple et même le tout petit peuple, du moment qu’il était agréé comme citoyen, pouvait avoir sa voix au chapître et être représenté. Ainsi était Toulouse, aussi, au Moyen-Âge.

 

Bien sûr, comme tout gouvernement insurrectionnel, vient le moment où, débordé par ses anciens opposants alliés au royaume de France, trahi d’un côté et de l’autre, il s’enferme dans la tyrannie et devient impopulaire. Lâché par la base - base qui siégeait dans les institutions de l’Ormée, où il était défendu d’être noble - peu à peu le mouvement s’enferme dans sa logique, se radicalise, refuse toute négociation et tout commerce. Dans un port comme Bordeaux, une cité bâtie sur le commerce, comment cela aurait-il pu marcher ? Les portes de l’hôtel de ville sont ouvertes, les Espagnols et les Irlandais du roi d’Espagne, qui devaient défendre Bordeaux et l’Ormée à Lormont et à Bourg, se rendent, les villes sont prises. C’est fini. Nous sommes au début de l’année 1654. Ses ennemis crachent sur Dureteste. Le Parlement, chassé, se venge. Les anciens compagnons témoignent contre lui. Ils le dépeignent comme un tyran, un despote, un Robespierre avant l’heure.

 

Il essaie de s’échapper, peut-être pour gagner l’Espagne, et tenter de revenir à la tête d’une armée. Il sera attrapé du côté des Petites Landes, dix lieues (58 kilomètres sur la base de la lieue de Gascogne) après Cadillac disent les textes. On envoya 40 soldats pour le capturer et l’escorter jusqu’à Libourne où il fut incarcéré. Quarante hommes pour un seul : une escouade digne d’un chef de guerre, d’un chef d’état. Un des soldats devait confier, naïvement : « je n’ai jamais vu une telle puissance de raisonnement chez un homme de si basse extraction ». Il fut condamné au supplice de la roue en janvier 1654, roué vif et sa tête tranchée fut plantée au sommet de la tour de l’Ormée, où il avait lancé son aventure.

 

Dureteste fut le dernier représentant de l’esprit indépendantiste des cités occitanes.

 

 

Chanson en Hommage de Dàvid Karèla la Lauzèta

 

CRISTÒLI DURATÈSTA

 

Au pas de mon chivau

Ligat e garrotat

Au lonh èi avisat

Un sorelh en fusion

Devarar en gigant

Ròda monumentala

Flambejanta cimbala

Darrèir la catedrala.

 

Vau pas tremblar totun,

N’èi pas paur de digun

La man sus lo Contr’un !

Deman n’a pas de nom

Deman n’a pas de facha

Bastir adara, aquí

Pas demandar : agir

Pas esperar : tenir.

 

Tu, cridas au tiran

E te’n vas demandant

Bramant e reclamant,

D’èster en colèra as dreit

Mes pregar, demandar

Es totjorn estar sèrv

Es totjorn abramar

Plorar, ploriquejar

 

Sias pas mei bramapan

Pren ton còr dens la man

Se sorrid lo tiran

Quò’s que li as pas hèit

Paur de çò que pòs har

De çò que sabes har

De çò que vòles har.

E de çò que vas har !

 

Dens aquera ciutat

De rei n’i avè pas nat

La solidaritat

N’estut pas just un mòt

La ciutadanetat

Sabúrem la bastir

Amei tanben l’ofrir

Lo leprós reculhir.

 

L’an bien ganhat, lur rei

Negat lo grand saunei

E deman morirèi.

Los que gèir me sheguèn

Vendràn per m’escarnir

Sus ma facha escopir

Lo Parlament capon

D’oblit frapa mon nom

De crenta dau baston.

 

Los cròcs an pigoçat

Las carns, puei rosigat

Los vèrmis an chapat

Los uelhs, mes aquò rai

La lenga es pus aquí

Mes lo crid cèssa pas

Digun l’empacharà

Brama que bramaràs

Brama que bramaràs

Cristòli Duratèsta !

Cristòli Duratèsta !

Cristòli Duratèsta !