Politica

Depuis plus d’un mois des milliers d’étudiants se mobilisent pour lutter contre la nouvelle loi « d’orientation et de réussite » (ou loi Vidal) qui va instaurer la sélection à l’université. À Tolosa, cette mobilisation est venue grossir celle qui s’opposait à la fusion des facs toulousaines. A Montpelhièr, la grogne monte après l'intervention d'une milice. Explications et état des lieux :

Le processus d'indépendance du Principat est dans l'impasse. D'un côté nous avons un État espagnol qui ne veut rien lâcher, une Europe qui ne veut pas créer un précédent ; et de l'autre nous avons les représentants du Peuple catalan qui sont comme paralysés. Malgré les mobilisations de masse de la société civile, la situation risque de s'enfoncer dans un statu quo démobilisateur. Tout cela désarme les masses et crée un sentiment de gâchis énorme.

La liste nationaliste/autonomiste corse a reçu 56.46% des voix exprimées, soit environ 67000 voix.  C’est un plébiscite très large pour cette liste de rupture. Rupture avec la politique coloniale menée par l’état français depuis l’annexion de la corse en 1768, rupture avec le clanisme, rupture avec la classe politique  française. Les réactions, à droite comme à gauche, démontrent bien la rupture avec le modèle dominant.

Celles et ceux d'entre vous qui ont été amené.e.s à fréquenter les grandes métropoles comme Toulouse ou Montpellier, ou peut-être dans l'exil Lyon voire Paris, et leurs milieux militants de gauche radicale, auront certainement déjà été confronté.e.s à des notions telles que "déconstruction"/"déconstruit", "intersectionnalité", "checker son privilège", "safe", et se seront peut-être même

 

Nòs- Novèlas OccitàniaS que sostien la creaccion de Comitat de Defensa de la Republica (CDR) per tot en Occitània. Lo combat deus catalans qu’ei lo noste tanben. Que sonam tots  e totas los e las progressitas, demòcratas e revolucionàrias tà juntar lo CDR e defensar la navèra Republica catalana. Que podètz tornar trobar ua analisi sus la Catalunya açí

Nòs- Novèlas OccitàniaS soutient la création de Comité de Défense de la République (CDR) partout en Occitània. Le combat des catalans est le nôtre aussi. Nous appelons tous et toutes les progressistes, démocrates et révolutionnaires à rejoindre les CDR et défendre la nouvelle République catalane. Vous pouvez retrouver une analyse sur la Catalogne ici

Que'vs presentam lo comunicat de constitucion deu CDR de Tolosa:

Nous vous présentons le communiqué de constitution du CDR de Tolosa:

Manifeste de Toulouse Pour la démocratie:

Interview en bilingue d'un salarié du CFPO de Tolosa, le CFPO c'est le  Centre de Formacion Professionala d’Occitània, spécialisé dans l’enseignement de l’occitan, qui propose depuis 1999, une offre de formation de qualité et ouverte à tous, en gascon et en languedocien. C'est un organisme

   Des révolutionnaires occitanistes ont présenté ce document lors d'une rencontre visant à créer une coordination antifasciste dans "le Sud". Ce document soulève des questions extrêmement importantes à l'heure où la république  française connait une vague réactionnaire et chauvine sans précédent. La situation catalane pose de nouveau la question des nations dominées dans les pays impérialistes, question qui dans l'état français est une des lignes de démarcations entre le courant révolutionnaire et la réaction. Bonne lecture et réflexion!

 

 Avec la crise générale du capitalisme, l’impensable s’est produit : l’Histoire, avec la lutte des classes comme moteur, s’accélère.

Oui, l’impensable s’est produit de l’autre côté des Pyrénées : le Principat de Catalunya est en train de se constituer comme république indépendante.

Qui aurait pu imaginer cela il y a 15 ans, tant l’Espagne semblait au faîte de sa puissance ? Le slogan de l’époque, « España Va Bien » (l’Espagne va bien), reflétait l’arrogance de la classe dominante. Seule la « Zona Norte », le Pays Basque, semblait en dehors de la douce normalité ibérique.

      Les cartes peuvent être un révélateur de beaucoup de chose, elles font parties des identités et de notre vision du monde. Elles peuvent bien sûr être manipulé et on peut leur faire dire ce que l’on veut, bref tout cela est à prendre avec des « pincettes ». Ces cartes sont bien sur incomplètes, elles ne prennent pas en compte l’abstention, le vote jeune, le vote ouvrier (ou plutôt l’abstention massive) etc. Cette analyse n’est pas une analyse des élections présidentielles de 2017.

 

 Nous allons parler de l’Occitanie, territoire non reconnu, mis à part par le nom d’une région qui ne regroupe qu’un tiers des Occitans. Quand nous disons Occitans nous parlons de l’ensemble des personnes vivant sur le territoire historique de langue occitane. Ce qui nous a intéressés dans les cartes qui vont suivre, c’est l’apparition à travers les habitudes électorales des Occitans l’apparition du territoire occitan lui-même. Ce qui nous a encore plus intéressés, c’est que malgré la forte poussée réactionnaire une grande partie des Occitans sont encore bien ancrés à gauche. Mais le FN est hélas aussi très représenté dans plusieurs territoires, et nous tenterons de donner un début d’explication à cela.