Politica

40 jours de grève pour le CFPO de Tolosa

Published in Politica

Interview en bilingue d'un salarié du CFPO de Tolosa, le CFPO c'est le  Centre de Formacion Professionala d’Occitània, spécialisé dans l’enseignement de l’occitan, qui propose depuis 1999, une offre de formation de qualité et ouverte à tous, en gascon et en languedocien. C'est un organisme

central pour la formation professionnelle ou non de néo-occitanophone. La còla de Nòs-Novèlas OccitàniaS tient à apporter toute sa solidarité et son soutien à cette juste lutte qui concerne TOUS les occitanistes.  

 

Podètz nos dire perqué lo CFPO es en lucha ?

 

Nosautres sèm en luta dempuèi auèi 40 jorns. Avèm lançada la grèva per nos protegir, en prumièr, perqué totis les salariats aviam reçebuts una letra per nos rendre a un entreten prealable a sancions disciplinaris, que pòt anar fins a licenciament. La prumièra causa es estada aquesta, doncas es pas nosautres qu'avèm creada aquesta situacion, es la direccion del CFPO. Avèm demandat tanben, aquò fa part de las nòstras revendicacions, una revalorizacion salariala a la nautor de la grasilha de salaris que i a dins la Convencion collectiva de la formacion professionala. Avèm demandat tanben la perenizacion dels emplecs precaris - nosautres sèm totis precaris de fet, dels emplecs ajudats, i aviá un emplec ajudat aquí que fasiá partida de la grèva, ara s'es acabat, e doncas demandam que sigue perenisat. Aquesta situacion fa seguida a un cambiament de burèu que se passèc pendent l'estiu passat, en seguida d'una AG qu'es estada plan complicada, ont es que personas qu'eran en minoritat e que fan partida del conselh d'administracion de l'estructura, coma membres institucionals, an ensajat de far un putsch per se recuperar l'estructura, en seguida d'una demanda dels salariats, en acòrd amb l'ancian burèu, de cambiar lo modèl de governànçia dins l'estructura.

 

Pouvez vous nous dire pourquoi le CFPO est en lutte ?

 

Nous, nous sommes en lutte depuis aujourd'hui 37 jours. Nous avons lancé la grève, premièrement, pour nous protéger, parce que tous les salariés avaient reçu une lettre pour nous rendre à un entretien préalable a sanctions disciplinaires, pouvant aller jusqu'au licenciement. C'est la première cause, ce n'est donc pas nous qui avons créé cette situation, c'est la direction du CFPO. Nous avons aussi demandé, cela fait partie de nos revendications, une revalorisation salariale à la hauteur de la grille des salaires dans la convention collective de la formation professionnelle. Nous avons aussi demandé la pérennisation des emplois précaires - nous sommes de fait tous précaires, des emplois aidés, il y avait un emploi aidé qui faisait partie de la grève, maintenant qu'il s'est fini, et demande donc d'être pérennisé. Cette situation fait suite a un changement de bureau lors de l'été passé, à la suite d'une AG qui fût très compliquée, où des personnes qui étaient en minorité et qui font partie du conseil d'administration de la structure comme membres institutionnels, ont essayé de faire un putsch pour récupérer la structure, à la suite d'une demande des salariés, en accord avec l'ancien bureau, de changer le modèle de gouvernance dans la structure.

 

La direccion dau CFPO voliá pas discutir, perqué ?

 

Ben lor cal demandar. Nosautres totjorn sèm estats dubèrts a la discutida, avèm dubèrtas las negociacions tre la debuta de la grèva, le 2 d'octobre, e se calguèc esperar un mes per la mesa en plaça non pas d'un protocòle de negociacions mès d'un rescontre, l'an apelat aquò, que se passèc de faiçon plan estranha, es a dire que sèm estats aculhits amb vigilas, la presidenta refusèc de recèbre le nòstre representant sindical, qu'avèm impausat, e doncas tre la debuta de la « negociacion » an refusat de reconéisher las nòstras revendicacions, doncas per començar de negociar èra complicat, perqué aquò es al còr de tot moviment de grèva. Aquò durèc una ora e ne sortiguèc pas res d'aquò doncas nosautres sèm aquí a constatar que la direccion vòl pas cap negociar amb nosautres, an decidit, e aquò de faiçon clara de far poirir le moviment, per nos escanar, per qué i a ja una estructura sus la region qu'es lo CFPO de Besièrs e doncas coma nosautres sèm pas pro aparentament dondes, an interés a nos far desapparéisher e a suprimir completament aquela estructura.

 

La direction du CFPO ne voulait pas discuter, pourquoi ?

 

Et bien il faut leur demander. Nous, nous avons toujours étés ouverts à la discussion, nous avons ouvert les négociations dès le début de la grève, le 2 octobre, et il fallut attendre un mois pour la mise en place non pas d'un protocole de négociations mais d'une rencontre, c'est comme ça qu'ils l'ont appelée, qui se passa d'une façon très bizarre, c'est à dire que nous avons étés accueillis avec des vigiles, la présidente refusa de recevoir notre représentant syndical que nous avons imposé, et donc dès le début de la « négociation », ils ont refusé de reconnaître nos revendications, donc pour commencer à négocier c'était compliqué étant donné que c'est au cœur de tout mouvement de grève ! Tout cela dura une heure et il n'en sortit rien du tout, nous sommes donc ici dans un constat que la direction ne veut pas négocier avec nous autres, ils ont décidé, et cela de façon claire, de faire pourrir le mouvement pour nous étrangler, parce qu'il y a déjà une structure sur la région qui est le CFPO de Béziers, et donc comme apparemment nous ne sommes pas assez domptés, ils ont intérêt à nous faire disparaître et à supprimer complètement cette structure.

 

Un mes de grèva es enòrmi ! Coma fasètz per tenir bon ?

 

Per la solidaritat. Ja, la motivacion, perqué sabèm nosautres que nòstra luta es plan legitima. Avèm pas cap dobte que ganharem, de tota faiçon, per que en fàcia de nosautres son fonccionoments e personas que devon dishar la plaça, clarament, i a causas que duran dempuèi annadas que ara seriá bon d'arrestar. Si la luta del CFPO, ela meteisha, arriba pas a capitar, segur que las causas vam cambiar, e vam cambiar lèu, perqué de tota faiçon se cambian pas le moviment occitan e occitanista se va trobar a broa del timbal, lèu fet, es a mand de desapareisher, per que vesèm plan e sèm plan plaçats per ac sàpier, per que nosautres avèm un còr de mestièr qu'es l'emplec. Vesèm plan que le nombre de joves que son interessats per l'investiment dins le desvolopament de la lenga e la cultura son pas gaire nombroses, doncas i a necessitat de dubrir, de se dubrir, de fet, a mitans que son pas forçament occitanofònes, e d'anar en quista d'una professionalizacion, es çò que reclamam nosautres, la professionalisacion del nòstre mestièr, de se sortir d'aqueste foncionoment opac del mitan associatiu occitanista e passar vertadierament a d'estructuras que son professionalas amb coma prumièr element de valorizacion, la competéncia professionala. Volèm nosautres èstre resconescuts coma actors de la formacion professionala abans d'èstre professionals occitanofònes. La question occitanofòne es un element supplementari dins la competéncia professionala. Abans d'èstre militants, sèm prumièr salariats, es çò que disèm nosautres sus aqueste moviment de luta, es que quand avèm la pretencion, al nivel occitan, de crear de salariat, la prumiera de las causas es saber quadrar l'emplec e quadrar l'emplec vòl dire respectar le dreit del trabalh e respectar las conventions collectivas. N'i a pro d'aquesta precarizacion institucionalisada del mitan occitanista, e devèm passar a quicòm mès. Cambiar de governànçia, far fisança als salariats que son al còr del mestièr e que son pro plan plaçats per poder préner de decisions que les concernisson.

 

Un mois de grève c'est énorme ! Comment faîtes vous pour tenir bon ?

 

Avec la solidarité, déjà. La motivation, aussi, parce que nous savons que notre lutte est légitime. Nous n'avons pas de doute nous allons gagner, de toute façon, parce que en face c'est des fonctionnements et des personnes qui débordent de la leur place, clairement, il y a des choses qui durent depuis des années et qu'il faudrait maintenant arrêter. Si la lutte du CFPO n'arrive pas à gagner il y aura quand même des changements, et rapidement, car sinon le mouvement occitan et occitaniste va se trouver rapidement au bord du ravin, avec le risque de disparaître, car nous sommes bien placés pour le savoir parce que notre corps de métier c'est l'emploi. Nous voyons bien que le nombre de jeunes qui sont intéressés pour s'investir dans le développement de langue et de a culture ne sont pas nombreux, et donc il y a une nécessité d'aller en quête d'une professionnalisation, c'est ce que nous réclamons, la professionnalisation de notre métier, de sortir de ce fonctionnement opaque du milieu associatif occitaniste et passer véritablement à des structures professionnelles, avec comme premier élément de valorisation la compétence professionnelle. Avant d'être professionnel, nous sommes en premier salarié, et ce que nous disons nous autres sur ce mouvement de lutte, c'est que quand nous avons la prétention, au niveau occitan, de créer du salariat, la première des choses c'est de savoir cadre l'emploi et cadrer l'emploi veut dire respecter le droit du travail et respecter les conventions collectives. Il y en assez de cette précarisation institutionnalisée du milieu occitaniste. Changer de gouvernance, faire confiance aux salariés qui son au coeur du métier et qui son les mieux placés pour pouvoir prendre les décisions qui les concernent. 

 

Que podem far per vos sosténer concretament ?

 

Per nos sosténer concretament, ja, de passar, coma tu ac fas auèi, es important per nosautres de sentir, d'aver a costat de nosautres personas que son motivadas per nos accompanhar dins aquesta luta, de se sentir solidaris. Tanben i a la possibilitat de participar en linha a una caisha de grèva, es en linha sus la pagina Facebook del movement de luta, es una caisha leetchi, es una platafòrma participativa, per nos poder permetre nosautres de tenir, dempuèi 37 jorns auèi que sèm en greva, aquò vòl dire que dempuèi 37 jorns la paga tomba pas, doncas per poder tenir temps avèm besonh de monde per nos ajudar financiarament, practicament per nos permetre de tenir longtemps perque aquesta luta sabèm que va durar.

 

Que pouvons nous faire pour vous soutenir concrètement ?

 

Pour nous soutenir concrètement, déjà, de passer, comme tu fais aujourd'hui, c'est important pour nous de sentir, d'avoir à côté de nous des personnes qui sont motivées pour nous accompagner dans cette lutte, de se sentir solidaires. Il y a aussi la possibilité de participer en ligne à une caisse de grève, elle est en ligne sur la page Facebook du mouvement de lutte, c'est une caisse leetchi, c'est une plate forme participative pour nous permettre de tenir, depuis 37 jours aujourd’hui nous sommes en grève, ça veut dire que depuis 37 jours nous ne sommes pas payés, et donc pour tenir longtemps nous avons besoin de monde pour nous aider financièrement, en pratique pour nous permettre de tenir longtemps, parce que cette lutte nous savons qu'elle va durer.