Politica

Per una reconquista dei comuns/ Pour une reconquête des communs (version òc-fr)

Published in Politica

Occitània es un espaci geografic precís que presenta d’un costat una brava diversitat, de l’autre de fòrmas territorialas partejadas pel pais tot entièr. Aquelei se mantenguèron e se desvolopèron de l’Antiquitat cap al sègle XX° çò que significa que son encara vesible a l’ora d’ara e que pòdon esser estudiadas, adaptadas e emplegadas per la societat occitana de deman. Lei comuns son unas d’aquelei fòrmas.

  1. De qué son lei comuns ?

Lei comuns son leis espacis que servon lo ben comun es a dire que son utils a la comunitat locala. Lor gestion colectiva dèu garantir la contentacion dei besonhs primaris deis estajants e a tanben d’efèits environamentaus e sociaus indirectes positius.

A la nòstra antiquitat galloromana, se despartiguèron cinq espacis de comuns foncionant toteis ensems per ofrir de servicis als populacions. Lor apellacion es de latin.

I a d’en primièr URBS, qu’es l’espaci bastit, vila o vilatge. Es aquí que se concentran lei escambis intellectuaus e comerciaus. Sobretot, es lo luòc de la democracia. Al entorn, i a HORT, ont se fa una producion alimentari dels estajants, al pus près deis ostaus. Mai luènh, AGER es l’espaci agricòl que produis de bens que son transformats e venduts dins Urbs, o exportats se ne a pro. L’espaci dubèrt pas cultivat es SALTUS. Es pasturat per lei tropèus. Enfin, i a SYLVA, lo bòsc per la fusta e la lenha mas tanben per d’autras activitats (cassa, recampatje…).

Aital, l’amenatjament del territòri al servici de l’uman dèu considerar lei relacions foncionalas d’aquelei espacis per lei desvelopar. Solament, toteis aquelei ressorgas son fòrça interessantas pel poder centrau.

  1. L’usurpacion dei comuns

Lo poder centrau françès a, a l’ora d’ara, lo contròl gaireben totau de l’espaci. El distribua lei riquessas dei comuns non pas al pòble mas als lobbies que, en escambi, permeton lo manten de la sieuna autoritat malgrat sa marrida santat economica, sociala e ecologica. Lei nostei cinq espacis son donc asservits a d’interès privats amb la complicitat de l’Estat.

Dins Urbs, l’urbanisme de zòna despartiguèt lei luòcs de vida e d’escambis. L’espaci public deven una matriça per facilitar lei trajèctes domicíl-trabalh-consomacion e lei populacions son classadas segon lor mièg sociau. Aquò servís lei constructors automobíls, lei regias de transpòrt, lei promotors e lei grandas ensenhas1. Hort es pas qu’una valor apondida al bastit ont la foncion alimentari desapareis. Ager a estat remembrat per l’industria mecanica e quimica. I a mai de producion, mai de polucion, mens de trabalh e mens de qualitat. Saltus es pas que d’ermàs e servís a pas res, sonque es lo darrièr espaci de natura liure, totjorn miaçat per l’extencion de Urbs o de Ager2. Enfin, Sylva coneis lei meteissas transformacions coma d’Ager : la mecanizacion que provoca una devaluacion del trabalh e dels usatges umans mas tanben una devaluacion del vivent, l’arbre e lo sièu ecosistemi.

L’usurpacion dei comuns se manifesta donca per una privatizacion generala e un apauriment economic, sociau e ecologic. Doas formas son simptomaticas d’aquel biais de contrarotlar l’espaci : lo corredor per dirigir (autorota, metrò, TGV…) e la barrièra per conténer (mur, barralha, androna…). En mai, coma i a pas pus de relacions foncionalas localas, l’interès comun es pas vesible per lei populacions.

Un projècte socialiste occitan dèu donc reconquistar totei lei espacis per lei mètre al servici dei comunitats localas.

  1. De pistas per la reconquista

D’un biais generau, la reconquista es possibla se lei populacions luchan per se reappropriar lei espacis en se desliurant dei constrenchas impausadas pel poder central e lei sieus lobbies. De solucions existan ja, d’autras son de trobar.

Urbs a besonh de recuperar lei foncions democraticas e comercialas. En mai, de nòvas estructuras publicas son necessarias per valorizar lei ressorgas localas3. L’urgéncia es d’arrestar l’espandiment urban e de tornar qualificar lei zònas perifericas per crear un espaci urban policentric egalitari en terme de servicis. Leis òrts « obrièrs » son un bon mejan de retrobar la foncion alimentari de Hort. Cal tamben dobrir als comuns lei òrts privats segon de convencions precisas e adaptadas als besonhs locaus4. La division d’Ager en pichotas parcelas permetriá d’obtener una agricultura del trabalh uman dins d’espacis variats e traversables ont l’usatge de productes fitosanitaris de sintèsi es d’arrestar. Lo pasturage comunau es un bon biais de mobilizar Saltus mas d’espacis de natura liura devon esser mantenguts. Enfin, la gestion de Sylva dèu esser ecologica amb coma ressorga primièra la fusta. La lenha pel caufatge, lo recampatje de fruches e autres, son de daissar als estajants.

Tot aquò permès d’autonomisar lei populacions e de gerir l’espaci d’un biais comunautari dins l’encastre de la comuna. Lo processús de reconquista es donc bicefau. I a d’un costat la lucha contra l’estat centrau e la construcion politica d’Occitània, de l’autre la mesa en plaça d’iniciativas concrètas qu’an una valor exemplara.

Fòrça d’accions son entrepresas sus lo territòri e dins d’autres, somés a la meteissa tirania francèsa. L’enveja de cambiament es donca ben presenta e podem ara mobilizar de coneissanças vengudas del monde entièr per reconquistar lo nòstre territòri.

1 Mangin, D. La ville franchisée

2 Clément, G. Manifeste du tiers-paysage

3 Aqueste dinamic exista dins la comuna de Barjac (30) ont la cosina centrala valorisa la produccion locala e noirís aital leis escolans e lei vièlhs

4 Soulier, N. Reconquérir les rues

 

 Version Fr

 

Pour une reconquête des communs

 

Occitània est un espace géographique précis qui présente à la fois une grande diversité, à la fois des formes territoriales partagées par l’ensemble du pays. Ces dernières se sont maintenues et développées de l’antiquité jusqu’au XX° siècle ce qui veut dire qu’elles sont encore présente de nos jours et qu’elles peuvent être étudiées, réadaptées et employées pour la construction de la société occitane de demain. Les communs sont une de ces formes.

  1. Que sont les communs ?

Les communs sont les espaces qui servent le bien commun, c’est-à-dire qui sont utiles aux communautés locales. Leur gestion collective garantit l’assouvissement des besoins primaires ces habitants et présente aussi des effets sociaux et environnementaux indirects positifs.

Durant notre antiquité gallo-romaine se sont différenciés cinq espaces de communs fonctionnant ensemble pour offrir des services à la population. Leur appellation est latine.

Commençons par URBS : c’est l’espace bâti, ville ou village. C’est là que se concentrent les échanges intellectuels et commerciaux. C’est aussi le lieu de l’expression démocratique. Autour, il y a HORT, l’espace dédié à la production alimentaire vivrière des habitants, au plus près des habitations. Plus loin, AGER, l’espace agricole qui produit des biens transformés et vendus dans Urbs ou bien exportés si il y en a assez. L’espace ouvert non cultivé est SALTUS. Il est pâturé par les troupeaux. Enfin, SYLVA, la forêt, qui produit du bois de construction et de chauffage mais qui supporte aussi d’autres activités comme la chasse ou la cueillette.

Ainsi, l’aménagement du territoire au service de l’humain doit considérer les relations fonctionnelles de ces espaces pour développer les communs. Seulement toutes ces ressources sont très intéressantes pour le pouvoir central.

  1. L’usurpation des communs

Le pouvoir central français a aujourd’hui le contrôle presque total de l’espace. Il distribue les richesses des communs non au peuple mais aux lobbies qui, en échange, permettent le maintien de son autorité malgré sa mauvaise santé économique, sociale et écologique. Nos cinq espaces sont donc asservis aux intérêts privés avec la complicité de l’état.

Dans Urbs, l’urbanisme de zone a séparés les lieux de vie et les lieux d’échanges. L’espace public tent à devenir une matrice destinée à faciliter les trajets domicile-travail-consommation et les populations sont classées selon leurs milieux sociaux. Cela sert les constructeurs automobiles, les régies de transport, les promoteurs et les grandes enseignes1. Hort n’est plus qu’une valeur ajoutée au bâti et a perdu sa fonction alimentaire. Ager a été remembré pour les besoins de l’industrie mécanique et chimique. Il y a plus de production, plus de pollution, moins de travail et moins de qualité. Saltus n’est plus que de la friche qui ne sert à rien si ce n’est qu’il constitue des réservoirs de nature libre qui sont toujours menacés par les extensions d’Urbs ou d’Ager2. Enfin, Sylva connait les mêmes transformations qu’Ager : la mécanisation qui provoque une dévaluation du travail et des usages humains mais aussi une dévaluation du vivant, l’arbre, et son écosystème.

L’usurpation des communs se manifeste donc par une privatisation générale et un appauvrissement économique, social et écologique. Deus formes sont symptomatiques de cette manière de controler l’espace au service du privé : le couloir pour diriger (autoroute, métro, TGV…) et la barrière pour contenir (mur, cloture, impasse…). Comme il n’y a plus de relations fonctionnelles locales, l’intérêt commun n’est pas visible pour les populations.

Un projet socialiste occitan doit donc reconquérir tous ces espaces pour les mettre au service des communautés locales.

  1. Quelques pistes pour la reconquête

De manière générale, la reconquête est possible si les populations luttent pour se réapproprier leurs espaces en se délivrant des contraintes imposées par le pouvoir central et ses lobbies. Des solutions existent déjà, d’autres sont à inventer.

Urbs a besoin de récupérer les fonctions démocratiques et commerciales. De nouvelles structures publiques sont ainsi nécessaire pour valoriser les ressources locales3. L’urgence est de stopper l’étalement urbain et de requalifier les zones périphériques pour créer un espace urbain polycentrique égalitaire en termes de services. Les jardins « ouvriers » sont un bon moyen de retrouver la fonction alimentaire de Hort mais il convient aussi d’ouvrir aux communs les jardins privés selon des conventions précises et adaptées aux besoins locaux4. La division d’Ager en petites parcelles permettrait d’obtenir une agriculture du travail humain dans des espaces variés et traversables où l’usage des produits phytosanitaires de synthèse est à proscrire. Le pâturage communal est un bon moyen de mobiliser Saltus mais une partie des espaces de nature libres doivent être préservés. Enfin, la gestion de Sylva doit être écologique avec comme ressource première le bois de construction. Le bois de chauffage, la collecte de fruits et autres sont à réserver aux habitants.

Tout cela permet d’autonomiser les populations et de gérer l’espace d’une façon communautaire dans le cadre de la commune. Le processus de reconquête est donc bicéphale. Il y a d’un côté la lutte contre l’état central et la construction politique d’Occitània, de l’autre la mise en place d'initiatives concrètes ayant aussi valeur d’exemple.

Beaucoup d’actions sont entreprises sur le territoire et dans d’autres, soumis à la même tyrannie française. L’envie de changement est donc bien présente et nous pouvons aujourd’hui mobiliser des connaissances venues du monde entier pour reconquérir notre territoire.

 

1 Mangin, D. La ville franchisée

2 Clément, G. Manifeste du tiers-paysage

3 Cette dynamique existe dans la commune de Barjac (30) où la cuisine centrale valorise la production locale et nourrit ainsi les écoliers et les personnes âgées

4 Soulier, N. Reconquérir les rues