Politica

Notre-Dame, l'Histoire occitane et la mobilisation réactionnaire.

Published in Politica

L'incendie de la Cathédrale Notre-Dame est un drame pour le patrimoine humain. Un incendie est toujours un événement d'une extrême violence, la puissance du feu fait peur, elle traumatise. La cathédrale Notre-Dame de Paris est avant tout un monument politique d'une extrême importance pour l'idéologie dominante bien avant d'être un lieu de culte. Cathédrale des Rois de France, elle affirmait la domination de la monarchie sur l'Eglise, des centaines de Te Deum ont été célébrés à la

gloire de la monarchie, elle fut un outil de construction de l'état moderne. A la révolution elle perd cette fonction mais la retrouve avec le sacre impérial de Napoléon. Elle reperd de son poids pendant la seconde république, en effet elle représentait la monarchie, le passé gothique, donc barbare, alors que le républicanisme se représentait dans une continuité de la Grèce antique. Après la Commune (en 1871) elle accueille les funérailles de plusieurs présidents comme le tristement célèbre Adolphe Thiers, le massacreur des Communards.

C'est en son sein qu'est célébrée la libération de Paris (1944) par un magnificat qui est un cantique religieux.  Charles De Gaulle, Georges Pompidou, François Mitterrand eurent leurs cérémonies de funérailles célébrées en son cœur. Plus récemment, elle a accueilli la messe en hommage aux victimes des attentats islamistes.

Ce n'est donc pas un simple lieu de culte, ou du patrimoine : c'est un outil important de la symbolique du régime Républicain actuel, se revendiquant comme une continuation de la « grande histoire nationale », en fait une pure invention idéologique.

Le régime de la Ve République est en bout de course sous les coups de boutoir de la crise du capitalisme et de son inadéquation à l'époque. Le mouvement des Gilets Jaunes a montré l'immense fossé entre le peuple et ses dirigeants et leur système. Pour maintenir l'édifice il faut donc développer le chauvinisme, le nationalisme, pour mobiliser les masses dans un sens réactionnaire.

Cet incendie est donc l'occasion dnouveau ressortir toute la prose nationaliste, de faire vivre ce Roman national qui de plus en plus tend au fascisme. Nous avons eu droit au discours mystico-religieux délirant mais plus encore comme un événement qui montre l'unité de la France et ses racines chrétiennes. Peu importent les petits problèmes, comme les inégalités sociales criantes, la destruction des services publics, la vente d'armes aux génocidaires Saoudiens, ou encore l'ethnocide contre le peuple occitan, la nation française sait se rassembler quand il y a de vrais problèmes : l'incendie d'un monument. Nous avons vu les monopolistes (Pinault, Arnault, Bouygues, Total etc.), les vrais maîtres de l'Hexagone venir faire des dons massifs (en omettant les immenses dégrèvements d'impôts qu'auront ces pourris), tout pour montrer qu'en fin de compte nous sommes un peuple, qui dépasse le conflit de classe.

Il y a donc une hystérie avec le syndrome « je suis Charlie » qui interdit de relativiser, de poser des questions, d'expliquer les ressorts de ce phénomène qui est avant tout politique, tout comme les attentats. Nous sommes dans l'émotion, ressort important de la mobilisation fasciste des masses.



Pour les occitans et occitanistes désaliénés la Cathédrale Notre-Dame fut l'outil politique de notre soumission. Elle est bâtie au même moment que notre annexion militaire et fait de Paris une grande métropole. Le comte de Toulouse, défait par les français, a dû venir s'humilier sur son parvis devant les vainqueurs français. Chose incroyable : cet événement eut lieu ce même mois il y a 790 ans, à quelques jours près (12 avril 1229). Encore plus incroyable, une « prophétie » Cathare dit qu'après la Croisade les lauriers refleuriront...Les voies de l'Histoire sont impénétrables.



Des camarades occitans ont voulu rappeler cet événement sur un groupe parlant d’histoire et de patrimoine occitan sur Facebook. Le ton a commencé à monter car effectivement dans ce pays ce n'est jamais le moment de parler de ça et les modérateurs ont purement et simplement supprimé le post. Nous avions vécu les mêmes types de réaction lors de la commémoration de la fin de la Première guerre mondiale, quand nous rappelions que ce fut une catastrophe nationale pour les occitans (désertification de régions entières etc.) Nous sommes directement dans une mobilisation réactionnaire, et si nous étions mauvaises langues nous pourrions dire que tout cela tombe au bon moment. Toutes les catastrophes qui ne mettent pas en jeu le système sont aujourd'hui instrumentalisées à des fins de mobilisation réactionnaire.



Nous devons donc faire face à cette situation, garder la tête froide et poser les questions. Lutter contre la mobilisation réactionnaire est une nécessité vitale, tout comme dénoncer inlassablement notre ethnocide qui passe notamment par la négation de notre histoire nationale. Nous pourrions aussi nous demander comment aux XXIe siècle un tel monument peut brûler dans un État aussi scientifiquement développé. L'Etat est-il vraiment intéressé par la sauvegarde du patrimoine ? Quelles sont les conditions de travail sur les chantier pour qu'arrivent de telles catastrophes ?



Cet incendie est donc un événement politique très important qui marque une nouvelle étape réactionnaire de notre histoire. Le discours de Macron est celui du destin français, de la capacité à surmonter les difficultés et de la reconstruction nationale. La reconstruction de la cathédrale va symboliser la France éternelle, celle qui s'est sortie renforcée et unie des difficultés : nous sommes totalement dans l'idéologie pétainiste et fasciste.



Les occitanistes doivent accepter de rompre avec ce système qui nous nie, nous détruit insidieusement en nous faisant culpabiliser d'exister et d'avoir une histoire antinomique du roman national. Nous voyons bien que nous ne sommes pas dans le patrimoine utile à la reproduction du système, nous sommes même gênants. Aucun peuple dans le monde ne vit une telle négation de son histoire, un tel acharnement à nous faire disparaître dans les têtes et les esprits. Aucun peuple avec un passé aussi glorieux que le nôtre est aussi invisible et absent de toute représentation officielle. Nous sommes donc les gardiens du temple, nous gardons la mémoire et nous devons la développer, la sortir du temple justement. Notre peuple mérite de savoir la vérité.



Résister aujourd'hui c'est rompre, rompre c'est assumer la totalité de notre histoire, c'est assumer que nous ne sommes pas français. C'est sortir de l’auto-phobie imposée par l'idéologie dominante qui fait de nous des quasi-traîtres. Nous le sommes sûrement mais soyons-le jusqu'au bout. Lors de la dernière manifestation des Gilets Jaunes à Tolosa la police a volé des drapeaux occitans. Un premier pas pour que notre drapeau national représente la résistance face à l'injustice, au fascisme, mais aussi le chemin vers la libération.