Sents cavalèrs, Sents vinatèrs e pas Sents de glaça ! (OC - FR)

Published in Ruralitat

Hens ua publicacion recenta vaduda d’un tribalh de l’ODPO, que hiquèm en lutz l’exiténcia materiau d’Occitania (cf. Le dessous des cartes). Uei lo dia, ueratz un aute hèit en loquau la nòrma francesa a ensajat de s’impausar en lo noste país : la meteorologia tradicionau o l’art de’s servir deus arreproèrs, de las datas, la legida deus astres, deu cèu,… entà jardinar. Un exemple precís d’aquera alienacion deu productor de legumas autonòme qu’ei lo periòde dit « des saints de glace ».

Los « saints de glace » qu’ei aquera temporada invarianta cad an deu 11 dinc au 13 de mai. En 1960, Saint Mamert, Saint Pancrace et saint Servais qu’estón aremplaçats per autes sents (Estela, Achile e Rolanda) pr’amor la Glèisa catolica  qu’avè paur deu tornar de credenças popularas e paganas en ligam dab los isanhèrs casalèrs. Que bremban que, en França, se cau mefiar de las torradas tardivas, e que’s son imposats a noste en quauques decenias com se las latitudas un chic mei sudistas s’estossen alinhadas tot d’un còp a las de lo delà-Leira. Mes se las revistas especializadas en lo casau parlan quasi sonque deus sents de glaça – daubuns que detalhan en parlan viste hèit de çò qui’s passa en las regions meridionaus – numerós.osas son l@s apassionats.adas de la cotivada au purmèr sens deu tèrmi qui cridan sus la tela : Non los sents de glaça ne s’aplican pas en Occitania !

En Occitania, los paisatges, los relieus e climats son divers solide mes que s’acordam quan parlem de’s mefiar de las medishas datas entre 3 o 6 en fonccion de las regions. Los nostes sents de glaça, aperats Sents cavalèrs que son las referéncias en matièra de torradas tardivas possiblas mes qu’ac cau díser pro raras (4 còps aqueras 80 darrèras annadas segon meteo-França en la plana) e los rescauhament climatic ne deveré pas qu’assolidar la tendéncia.

Los Sents cavalèrs :

  • 23 d’abriu : Sent Jòrdi (Jordet o Jorguet), sent patron de la cavaleria qui explica lo perqué deu nom « sent cavalèr ».
  • 25 d’abriu : Sent Marc (Marquet)
  • 28 d’abriu : Sent Vital o Senta Afrodita (Vidalhet)
  • 30 d’abriu : Senta Eutròpa (Tropet)
  • 3 de mai : Senta Crotz o Sent Felip (Crozet o Filipet)
  • 6 de mai : Sent Jan Pòrta Latina (Janet o Joanet)

« Jorguet, Marquet, Croset e Tropet son de maissants garçonnets. » ditz l’arreproèr lengadocian. En Gasconha, Simin Palay que parla deus « quate chivalièrs ».

Que trobam tanben los Sents vinatèrs en los país de vinhas on las datas que cambian en fonccion deu parçan mes que son tostemps entre lo 23 d’abriu e lo 6 de mai. Atau en Bearn com a Besièrs que son Jorguet, Vidalhet e Marquet qui cranhem. En las Lanas que son meilèu Marc, Vital e Senta crotz.

Adonc, paisans e paisanas, casalèrs e casalèras mefiatz-ve deus Sents cavalèrs mes n’esperatz pas lo 13 de mai per tornar picar los vòstes plantons.

 

(FR)

 

Dans une précédente publication issue d’un travail de l’ODPO, nous mettions en lumière l’existence matérielle de l’Occitanie (cf. Le dessous des cartes). Aujourd’hui, voici un autre domaine dans lequel la norme française a tenté de s’imposer dans notre pays : la météorologie traditionnelle ou l’art de s’appuyer sur les dictons, les dates, la lecture des astres, du ciel, … pour jardiner. Un exemple précis de cette aliénation du producteur de légume autonome est la période des Saints de glace.

Les saints de glace c’est cette période de 3 jours invariante chaque année du 11 au 13 mai. En 1960, Saint Mamert, Saint Pancrace et Saint Servais ont été remplacés par d’autres saints (Estelle, Achille et Rolande) car l’Eglise catholique avait peur des réminiscences du paganisme liées à ces croyances populaires en lien avec les inquiétudes jardinières. Ils rappellent, en France, qu’il faut se méfier des gelées tardives, et ils se sont imposés chez nous en quelques décennies comme si nos latitudes un brin plus sudistes s’étaient brusquement alignées à celle de l’Outre-Loire. Mais si les magazines de jardinage ne parlent quasiment que de Saints de glace, nombreuses et nombreux sont les passionnés de la culture au premier sens du terme qui tirent la sonnette d’alarme sur le net : Non les saints de glace ne s’appliquent pas en Occitanie !

En Occitanie, les paysages, reliefs et climats sont divers bien sûr mais on s’accorde à se méfier des mêmes dates, entre 3 et 6 en fonction des régions. Nos saints de glace à nous, appelés  Sents cavalièrs, sont les références occitanes en matière de gelées tardives possibles mais il faut l’avouer elles sont assez rares (4 fois ces 80 dernières années selon Météo-France en plaine) et le réchauffement climatique ne devrait que conforter la tendance.

Les saints cavaliers :

  • 23 avril : Saint Georges (Jordet o Jorguet), saint patron de la chevalerie d’où le nom de saints cavaliers.
  • 25 avril : Saint Marc (Marquet)
  • 28 avril : Sainte Aphrodite ou Saint Vital (Vidalhet)
  • 30 avril : Sainte Eutrope (Tropet)
  • 3 mai : Sainte Croix ou Saint Philippe (Crozet o Filipet)
  • 6 mais : Saint Jean Porte Latine (Janet o Joanet)

« Jorguet, Marquet, Croset e Tropet son de maissants garçonets. » dit le proverbe languedocien. En Gascogne Simin Palay parle des « quate chivalièrs ».

On trouve aussi les Sents vinatèrs dans les pays viticoles dont les dates varient en fonction de la région mais toujours entre le 23 avril et le 6 mai. Jorguet, Vidalhet e Marquet en Bearn comme à Béziers ce sont Saint Georges, Saint Marc et Sainte Aphrodite que l’on craint pour la vigne. Dans les Landes : Marc (25/04), Vital (28/04) et Sainte Croix (3/05)…           

En conclusion, paysannes et paysans, jardinières et jardiniers méfiez-vous des Saints cavaliers mais n’attendez pas le 13 mai pour repiquer vos plants.