Societat

Être migrants ou devenir réfugiés aujourd’hui dans l’Union Européenne est un parcours du combattant inhumain. Les gouvernements traitent cette question avec le plus grand mépris comme si ces personnes n’étaient pas des humains. L’hypocrite discours de la bourgeoise sur notre «démocratie » vient s’écraser une fois de plus sur la dure réalité. L’UE traite ces enfants, femmes et hommes issus des pays dominés par l’impérialisme comme elle traitait les fils et les filles de ses colonies, c’est-à-dire comme de la viande, des animaux.

 

Il nous arrive souvent d'être appelé à l'improviste par un inconnu faisant partie d'une société, nous demandant quelques minutes de notre temps pour remplir son questionnaire. Nombreux sont ceux qui, pour des raisons compréhensibles, refusent, parfois de manière violente, de participer à ce type d'enquête.

Pourtant, vous qui refusez, vous êtes vous déjà posé la question de savoir comment cela se passe au bout du fil ? La voix souriante (parce que sourire au téléphone est la règle numéro 1 dans ce métier) et polie qui vous demande quelques minutes cache tout un enfer.

    Beaucoup ne voulaient pas les voir, ou en parlaient de loin, beaucoup par facilité et d’autres par racisme non assumé. En incendiant les périphéries des grandes villes en 2005, et encore plus avec les récents attentats, les masses musulmanes ont fait leur entrée sur la scène politique. Non seulement elles existent, mais en plus elles pensent et en plus elles sont en rupture avec le système imposé. Le ‘pire’, c’est qu’elles ont des revendications culturelles en complète opposition avec le modèle ‘universaliste’ français. De cela, la droite s’en lave les mains : elle peut démontrer ainsi que les musulman-e-s ne peuvent ou ne veulent pas s’intégrer, qu’ils ne sont pas compatibles avec notre modèle de ‘civilisation’, etc. etc. La gauche, elle, est déphasée : ses « clients » habituels ne se comportent pas comme prévu. Au lieu de voter tranquillement pour elle, ils abstiennent massivement ; au lieu d’accepter et de se fondre dans le moule merveilleux de la société universaliste française, ils préfèrent se tourner vers l’imam et la tradition. Bref la gauche est perdue. Que beaucoup doivent regretter cette période bénie où l’on n’en parlait pas !