Revòlta al Miralh (Tolosa)

Published in Societat Read 343 times

Les nuits de dimanche et lundi ont connu une révolte qui a touché la Reynerie, Bellefontaine, la Faourette et Bagatelle (quartiers du Grand Mirail) à Tolosa. Ces révoltes font suite au décès d’un jeune de 27 ans à la prison de Seysse.

 Les détenus ont contesté la version du suicide des autorités. Le jeune décédé était originaire du Grand Mirail. Mais il n’y a pas que cela, dimanche une femme musulmane a été violemment interpellée par la police lors d’un contrôle d’identité en plein milieu du quartier, elle a été embarqué devant ses enfants qui sont restés en plan et tout cela pour un bout de tissu! La jeunesse populaire qui, est quotidiennement sous le feu de la pression et de la répression policière, du racisme et du chômage de masse, n’en peut plus et elle le montre avec bravoure et détermination. Les violences policières sont en constantes augmentations, le pouvoir politique leurs octroie de plus en plus les pleins pouvoirs. Le but étant de contrôler l'incontrôlable sur le long terme: la misère et l'exploitation. Avec les attentats islamistes, l'état a pu sortir tout un arsenal répressif visant à mater les masses populaires et en premier lieu la jeunesse prolétaire  issue des ex-colonies française, mais aussi le mouvement social et toute sorte de contestations. La police hors de contrôle c'est les arabes et les noirs humiliés, torturés, tués, mais c'est aussi la répression à outrance contre tout ce qui ne va pas dans le sens de la soumission, comme la jeunesse patriotique corse (des dizaines d'arrestations par an). Mais nous savons que la violence réactionnaire crée toujours la violence révolutionnaire, c'est une loi de l'histoire. Le peigne cul qui nous sert de président devrait le savoir. La crise impérialiste va approfondir la crise de l'état et des ses structures de domination idéologique et politique, des brèches vont s'ouvrir, la révolution occitane s'y engouffrera. 

Les enfants du Mirail sont de notre peuple, ils sont de notre peuple occitan. Nous aimons leur résistance, leur courage, leur détermination, et nous savons que tôt ou tard nous nous rencontrerons pour bâtir une Occitanie émancipée. 

A noter que des quartiers d’Auch, Agen et Montauban ont connu aussi des actes de résistances.


Là où il y a oppression, il y a résistance ! Liberté pour les 18 interpellés Toulousain. Vive la jeunesse qui résiste à l’oppression !