Ce n'est que le point de départ (Apenas o ponto de partida)

A Nova Democracia - Igor Mendes 

Ne pas participer à la farce électorale, ne pas légitimer ce grotesque jeu aux dés pipés, est la seule réponse qui prépare le terrain aux luttes de demain.

Le premier tour des élections a consacré la nette victoire de Jair Bolsonaro (PSL), obtenant quelques 49 millions de suffrages, sur Fernando Haddad du PT. Dans les États fédérés, les alliés de la première ou dernière heure de l'ancien capitaine ont souvent réussi une rapide ascension face à leurs concurrents et détrôné quelques figures de proue de la politique traditionnelle du pays.

Published in Politica
mercredi, 09 mai 2018 20:21

8 mai : merci aux peuples sovietiques?

Le 8 et 9 mai 1945 l’Allemagne Nazi capitulait. Le bilan humain, économique et moral était immense. Le nazisme mis au pouvoir par les monopoles impérialistes allemands pour contrer le communisme et relancer l’expansion économique via l’armement allait répandre la mort, l’extermination, les souffrances, les destructions sur une bonne partie du monde. En Asie l’impérialisme  japonais allait faire de même contre les nations d’Asie, en premier lieu contre les chinois. Nous voulons profiter de cet événement pour démontrer comme les médias de masse, la propagande sur le long terme peu changer la perception d’un événement, et donc enfin de compte changer la réalité.

Published in Societat
Le monde qui occupe notre imaginaire est un assemblage de pays découpé en frontières politiques. Cette vision nous présente un monde complètement faussé . Et ce même si nous prenons des représentations géographiques plus réalistes sur la taille des continents. Toutes ces cartes ne nous montrent pas le vrai visage du  monde : celui d'une minorité d'États, représentants une minorité de la population mondiale, qui domine via divers instruments les autres États et nations. Ce phénomène se nomme l'impérialisme (ici la définition) et c'est le stade suprême du capitalisme.
Published in Economia

Editoriau


Nous
, ouvrier-e-s, employé-e-s, petit-e-s paysan-ne-s, artisan-e-s, intellectuel-le-s progressistes, chômeur-euse-s et précaires, nous sommes le peuple, nous sommes une classe, nous créons la richesse, nous faisons l'Histoire et nous n'avons aucun pouvoir.

Nous, de Bordeaux à Chaumont, de Limoges à Vielha en passant par Marseille, Toulouse, Beaucaire, Clermont, Montpellier, Pau, Cahors, Nîmes, Toulon etc., nous vivons sur les terres de la vieille Nation d'Òc, soumise et inféodée depuis des siècles à un État centralisateur d’abord monarchique puis républicain mais toujours au service d’une même chose : l’accumulation capitaliste. Un État qui nie nos droits nationaux et détruit notre culture héritée d’une riche histoire populaire afin que nous parlions et pensions comme nos exploiteurs et oppresseurs, la bourgeoisie française qu’il sert, et ne bougions que dans les consensuelles et « républicaines » limites qui nous ont été fixées.

Nous n'avons plus rien à attendre de cette vieille République sclérosée.

Nous, d'ici ou originaires d'ailleurs, nous sommes liés par un avenir commun en construction.

Nous levons le drapeau rouge et l'étoile à sept branches pour construire une nouvelle Occitània, populaire, socialiste, unie, ouverte à tous et toutes qui ne veulent plus de ce vieux monde. Pour cela nous avons besoin de bâtir notre porte-voix,

Nous avons besoin d’une PRESSE DÉMOCRATIQUE ! D’une presse pour S’INFORMER ET SE FORMER! D’une presse pour S’ORGANISER!

Nous avons maintenant NOS - Novèlas OccitàniaS!

Nous commençons avec un site mais bientôt viendra la version papier, alors rejoignez les comités d'appuis partout dans l'Occitània historique!