Il y a des choix politiques qui ne trompent pas. La possible fermeture de 128 écoles dans le seul département du Lot (Carcin-Quercy) vient nous rappeler la vulnérabilité des populations vivant hors des métropoles. Le département du Lot, comme la plupart des départements de l’Occitanie historique, est une zone rurale avec de nombreux lieux enclavés, voire très enclavés. Des actions sont menées contre cette aberration. (ici)

 

       Depuis plusieurs années, Tolosa détient le record de croissance urbaine dans l'État français.  En 2015, ce ne sont pas moins de 8 000 habitants de plus qui sont venus s'installer dans la Ville Rose, faisant la fierté des politiciens locaux. C'est une croissance énorme, chaque décennie c'est l’équivalent d'une ville comme Pau qui rejoint l’agglomération.  Tolosa est au cœur d'un mouvement de population à l’échelle étatique, européenne et mondiale. Depuis 2008, le passage à la phase aiguë de la seconde crise générale du capitalisme a accéléré encore plus ce processus.  Le territoire occitan a toujours été victime de l’État capitaliste français, depuis le XIXe siècle des centaines de milliers d'occitans ont quitté leurs territoires vers le Nord de l'Etat, ou vers d'autres contrées comme l’Amérique du Sud par exemple. La renaissance occitaniste des années 1960-70 a placé ce problème économique, politique, culturel et social au cœur de la lutte ; le slogan "Volèm viure al pais" étant probablement le slogan qui caractérise le mieux cette période de notre lutte.